Mort d'Arturo Gatti - Un testament pour éviter... l'infidélité

La veuve du défunt boxeur Arturo Gatti, Amanda Rodrigues, à son arrivée au palais de justice.<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir La veuve du défunt boxeur Arturo Gatti, Amanda Rodrigues, à son arrivée au palais de justice.

La poursuite civile opposant la famille d'Arturo Gatti et la veuve du défunt boxeur, Amanda Rodrigues, a démarré sur les chapeaux de roue hier à Montréal. L'enjeu? Une fortune de 6 à 8 millions de dollars.

Trois semaines avant son suicide au Brésil, le 11 juillet 2009, Arturo Gatti a signé un testament notarié dans lequel il léguait toute sa fortune à sa nouvelle épouse. Mieux: il s'était aussi engagé à céder tous ses actifs à Madame... en cas de simple infidélité.

Il avait même signé un acte notarié à ce sujet à l'instigation du notaire Eric Bruce Moidel. En 52 années de pratique, M. Moidel n'a jamais conseillé à un seul client de signer une «promesse de fidélité». Il l'a pourtant fait pour satisfaire le couple. Mme Rodrigues craignait d'être trompée, a-t-il expliqué hier en cour. Pour la rassurer, Gatti lui a dit qu'il lui donnerait «un million de dollars» s'il devait tomber par mégarde dans les bras d'une autre femme.

Le notaire Moidel a tout bêtement codifié dans un acte les promesses et échanges faits par le couple dans son bureau. Selon son interprétation, la clause d'infidélité portait sur un montant maximal de 1 million, et non sur toute la fortune de Gatti.

Lors de son témoignage, le notaire Moidel a tenté de banaliser la portée du testament signé par Arturo Gatti. «C'était un testament typique et parfaitement normal», a-t-il lancé.

Trois semaines avant de se rendre au Brésil, Gatti a déshérité sa mère, son frère et sa fille issue d'un premier mariage pour léguer tous ses biens à Amanda Rodrigues, avec laquelle il a eu un fils (il aura trois ans demain).

Le notaire Moidel estime que Gatti était parfaitement conscient de la portée de ses gestes. S'il n'a rien légué à sa fille Sophia Bella, issue d'un premier mariage, c'est parce qu'elle bénéficie déjà de deux fiducies familiales de 600 000 $ pour ses études. Sa mère touche par ailleurs une pension de 4640 $ par mois.

La mère de la fillette, Erika Rivera, s'est ralliée à la mère et au frère d'Arturo Gatti (Ida et Fabrizio) pour contester ce testament. Selon eux, le boxeur malheureux a signé sous la contrainte le document largement favorable à Amanda Rodrigues. Ils demandent à la juge Claudine Roy de l'annuler, et de rétablir un testament de 2007 dont ils sont incapables de produire l'original.

Le procès qui s'annonce riche en rebondissements devrait durer trois semaines. Aujourd'hui, un enquêteur privé engagé par l'ancien agent de Gatti doit rendre public un rapport explosif au New Jersey.

Selon Paul Ciolino, qui a rencontré des dizaines de témoins au Brésil, Arturo Gatti a été assassiné. Les soupçons de la police brésilienne avaient vite porté sur Amanda Rodrigues en juillet 2009. Elle avait été arrêtée et accusée de meurtre... pour être ensuite relâchée après qu'un premier rapport d'autopsie eut confirmé la thèse du suicide.