Charme urbain - Montréal perd des plumes au palmarès britannique

Montréal doit se renouveler en matière de transports, selon le magazine britannique Monocle.<br />
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Montréal doit se renouveler en matière de transports, selon le magazine britannique Monocle.

Montréal perd de son charme, à en croire le magazine britannique Monocle. La métropole est sur le point de quitter son palmarès des 25 villes du monde où la vie est la plus agréable, et le premier coupable serait son administration elle-même, selon la rédaction.

Depuis que le magazine de design et d'affaires internationales publie ce palmarès qui n'a absolument rien de scientifique, soit depuis cinq ans, Montréal a perdu des plumes, passant du 12e au 24e rang des villes où il fait bon vivre. Si l'on accusait l'an dernier Montréal d'être «autocentrique» et de s'asseoir sur sa bonne réputation et sur le faible coût de la vie, cette année, l'administration de Gérald Tremblay est directement mise en cause dans la dégradation de la ville dénoncée par les auteurs. «Si Montréal se classe constamment en bonne position dans les listes qui se penchent sur la qualité de vie, elle ne le doit pas aux gens qui la gèrent. [...] La ville a longtemps été tout près d'une renaissance; tout ce dont elle a besoin pour y arriver, c'est d'une administration plus intègre et d'une taille moins démesurée.» La ville n'a pas les stratèges qu'il lui faut pour devenir «l'envie de l'Amérique du Nord», toujours selon Monocle.

Transports difficiles

Son déclassement vers la porte de sortie est principalement dû à ses infrastructures du côté du transport, explique le magazine. «Les transports en commun de Montréal, ses routes et ses ponts ont grand besoin d'être renouvelés», écrit Monocle, alors que le pont Champlain doit en effet être remplacé, que l'échangeur Turcot sera bientôt refait à neuf, que le pont Mercier est en phase de réparation et qu'une partie des voitures de métro seront progressivement renouvelées à partir de 2013, certaines datant des années 1960.

Les auteurs précisent que les Montréalais passent 76 minutes en bus, métro ou en voiture par jour, une moyenne jugée beaucoup trop lourde.

Néanmoins, la métropole fait toujours partie de la crème des villes et demeure un «point de repère» dans le monde, en bonne partie grâce à l'ambiance qui y règne. «Heureusement, les Montréalais, conviviaux et cosmopolites, continuent de faire la différence», écrivent les évaluateurs. Ils soulignent aussi le réseau cyclable étendu de la ville et le succès des industries culturelles et de hautes technologies.

Le numéro de juillet-août portant sur les villes rend également hommage à l'architecture d'Habitat 67, complexe construit pendant l'Expo 67 qui est vu par le magazine comme un endroit de rêve où loger.

La championne, Helsinki

Avec cette 24e position, Montréal est de nouveau dépassée par Vancouver, 20e de la liste et seule autre ville canadienne à trôner au palmarès. Vancouver est toutefois aussi en recul, ayant figuré en 8e position au cours des dernières années.

La palme de la ville la plus agréable revient à Helsinki, en Finlande, principalement pour son design. La capitale finlandaise est une ville «marginale» «qui se démarque pour son ambition à repenser l'urbanisme, ainsi que pour son talent, ses idées et son courage de les utiliser». Zurich, en Suisse, et Copenhague, au Danemark, suivent en tête de liste, propulsant la gagnante de l'an dernier, Munich, à la 4e position. Puis, on retrouve aussi Sydney (7e), Tokyo (9e), Paris (12e), Singapour (15e), Honolulu (19e) et Seattle (25e).

Les critères du palmarès du magazine basé à Londres sont aussi nombreux que surprenants, comme la présence de magasins à grande surface, le nombre d'heures d'ensoleillement par année, le taux de criminalité, l'étendue des espaces verts et, depuis cette année, le dynamisme de la ville après 22 heures.
7 commentaires
  • Matemiste - Inscrit 4 juillet 2011 06 h 12

    Travaux Anarchiques trop mal coordonné par les élus aux fausses valeurs

    Absolument vrai de dire que cet été, notre ville est devenue épouvantable de trafic bidonné. Le pire depuis toujours.

    Tout ça pour justifier encore plus de travaux? Pour cet échangeur Turcot, où on apprêterais a dépenser plus qu'on est capable de rembourser et se faire dire plus tard, comme en Grèce, qu'il nous faut la tutelle parce qu'on est ruiné d’avoir trop profité??

    Il faut les mettre à leurs place ses élus qui dépensent dans la construction comme si il n’y avait plus de lendemain... Il faut changer ses lois, ses règles de sécurité qui nous font croire qu'ils n'y a pas le choix et rendre la construction abordable et la soulager de ces bureaucraties vampires; La CSST, CCQ, RRQ, Syndicats, Consultants abusifs et les autres mafias /- légales; Oui celles qui dirige vraiment les travaux (et les prix) via nos élus municipaux, provinciaux...

    Valoriser et encourager l'éducation pour arrêter de se faire avoir par des pleutres pistonnés.

    Valoriser la construction et le RECYCLAGE pour attirer plus de gens dans les écoles professionnelles d’autant, c'est plus que payant pour tous, c'est un moteur. TOUT les économiste vous le diront; la construction et le premier pilier économique. Sauf ceux qui se pavoise dans le statuquo de notre système?

    Après ça nous aurons la capacité de les faire ces travaux et nous la retrouverons grandie de véritable et valeureux efforts et plus belle encore de dynamisme fluide, NOTRE CITÉ.

  • Pierre Samuel - Inscrit 4 juillet 2011 09 h 51

    «Monocle» ou «Blindy»???

    Ce magazine devrait plutôt s'appeler «Blindy», s'il vient juste de s'apercevoir que Montréal est en pleine décrépitude. Etant Montréalais «de souche», il y a un sacré bout de temps que «j'ai mal à ma ville» comme dirait l'autre, au point d'en avoir honte, malgré tout ce branle-bas «tape-à-l'oeil» de rénovations et constructions plus ou moins bâclées de la part d'une administration bordélique, apparemment sous tutelle, qui fonctionne au pif d'un jovialiste extraterrestre et de sa bande de sous-fifres depuis plus de dix ans...

    Mais, bout de torrieu, qu'on a de beaux festivals!

  • Alain Deloin - Inscrit 4 juillet 2011 13 h 49

    I concur

    "La ville est déguelasse, sale, couverte de graffitis, pleine d'intinérants et les rues ressemblent à celles de Beyrouth après un bombardement Israrélien.".."Je n'irai pas par 4 chemins, les Montréalais sont des porcs."

    Je n'ai pas vu Beyrouth après bombardement Israélien, mais je partage ce point de vue. Cette ville est dégueulasse à part certains quartiers huppés à l'ouest. Si vous voyez ce que je veux dire. Même Toronto est plus fréquentable pourvu qu’on ne traine pas dans des quartiers genre Regent Park :-)
    Moi je préfère les petites villes au pays: Québec en tête, Ottawa, Halifax, Victoria. C'est calme. Et propre.

  • Veronica Perez - Inscrite 4 juillet 2011 22 h 08

    Réponse @ Alain Deloin

    Monsieur Deloin, vous préférez les petites villes comme Halifax et Victoria... Tant qu'à comparer des pommes et des oranges; moi je préfère Tadoussac.

  • Henry Fleury - Inscrit 5 juillet 2011 06 h 17

    Tasse-toi Monocle

    Mais bout de torrieu qu'on a de belles filles... Entre deux cônes orange, on apprécie !