À quelles statistiques doit-on se vouer?

La drogue illicite de prédilection des Canadiens reste le cannabis.<br />
Photo: Agence Reuters Jerry Lampen La drogue illicite de prédilection des Canadiens reste le cannabis.

Difficile de s'y retrouver dans les statistiques sur la drogue, une mer de chiffres qui donnent le tournis. D'une part, la statistique est souvent utilisée à des fins idéologiques pour justifier les avancées de la guerre contre la drogue. D'autre part, le statut illicite des drogues fait en sorte que les données véridiques sur la production et la consommation n'existent tout simplement pas. Voici néanmoins quelques bouées auxquelles il est possible de se raccrocher.

Les coûts

Au Canada, les coûts de l'abus de substances ont été évalués par le Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies, en 2006, à partir de données de 2002. Le tabac, l'alcool et les drogues illicites entraînaient des dépenses de 39,8 milliards, réparties comme suit: pertes de productivité au travail (24,3 milliards), frais de santé (8,8 milliards), frais d'application de la loi (5,4 milliards). À eux seuls, les services policiers touchaient 3,3 milliards pour faire appliquer les lois sur l'alcool et les drogues.

De toutes les substances, le tabac est celle qui coûte le plus cher aux contribuables (17 milliards), suivi de l'alcool (14,6 milliards). C'est donc dire que la prise en charge des nuisances reliées aux drogues «légales» accapare huit dollars sur dix dans les dépenses publiques.


La consommation

La drogue illicite de prédilection des Canadiens reste le cannabis. Chez les plus de 15 ans, la prévalence était de 10,6 % en 2009, selon Statistique Canada. Les 15 à 24 ans en faisaient un usage beaucoup plus intensif (prévalence de 26 %). Pour toutes les autres drogues confondues, la prévalence chez les personnes de 15 ans et plus était toujours inférieure à 1 %, contre 5 % au sein du groupe spécifique des 15 à 24 ans.

Dans le monde entier, l'ONUDC estime que 155 à 250 millions de personnes ont pris de la drogue illégale au moins une fois dans les douze derniers mois (de 3,5 % à 5,7 % de la population). Plus des trois quarts ont fumé un joint. Le marché mondial de la revente est évalué à 320 milliards.


La criminalité

Au Canada, un peu plus de 100 000 infractions reliées aux drogues ont été déclarées en 2007, un sommet des trente dernières années. Le palmarès revient à la marijuana (62 %), suivie de la cocaïne (23 %), des autres drogues (14 %) et de l'héroïne (moins de 1 %). Toutes drogues confondues, les infractions de possession simple arrivent en tête de liste (68 % des affaires), suivies de celles de trafic (23 %) et de celles de production, d'importation et d'exportation (9 %).