Tout est en place pour la grande corvée en Montérégie

Saint-Paul-de-l'île-aux-noix<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Saint-Paul-de-l'île-aux-noix

Saint-Jean-sur-Richelieu — Une opération quasi militaire se prépare en Montérégie, alors que quelque 2100 bénévoles par jour participeront à l’immense corvée de nettoyage qui s’ébranlera ce week-end pour se conclure le week-end suivant.

Deux secteurs ne pourront toutefois en bénéficier en ce premier week-end parce que l’eau ne s’est pas suffisamment retirée, soit ceux de Saint-Pierre-de-Véronne-à-Pike-River et du Rang de la Barbote à Lacolle, à l’entrée du lac Champlain.

Cependant, la plupart des municipalités qui bénéficieront de l’effort citoyen auront tout de même des secteurs qui seront encore inatteignables en raison de niveaux d’eau encore trop élevés.

Tout a été prévu pour rendre l’opération la plus efficace possible. Des autobus partiront de plusieurs points de chute à Montréal et sur la Rive-Sud dès 7h du matin pour emmener les bénévoles à un point central à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Là, ils seront accueillis par les organisateurs de SOS Richelieu, recevront du café et une collation, une trousse de bénévole comprenant notamment des lunettes, masques, gants et chasse-moustique, seront divisés en équipes de dix et envoyés sur le terrain.

Fait à noter, tout l’équipement, les collations et même le repas du midi leur seront fournis, gracieuseté des entreprises de la région et d’ailleurs: les bénévoles doivent simplement s’assurer de se munir de bonnes bottes.

Sacs de sable

Même s’ils n’iront pas à l’intérieur des résidences, ils ne manqueront pas de travail pour autant. Pas moins d’un demi-million de sacs de sable ont été utilisés pour élever des digues dans la région et chaque sac pèse près de soixante livres lorsqu’il est sec, près de 70 à 75 livres lorsque détrempés.

Les bénévoles seront surtout appelés à prendre ces sacs, ainsi que des branches, débris et de nombreux déchets qui jonchent les terrains et à déposer le tout en bordure de route où ils seront récupérés par la machinerie lourde mobilisée pour l’occasion.

Les entreprises de la région ont par ailleurs fourni de nombreux outils, brouettes, diables, râteaux et autres pour réaliser cette grande corvée inédite dans l’histoire du Québec.
1 commentaire
  • Patrick M. Gouin - Inscrit 10 juin 2011 14 h 59

    Photos op!

    Si Charest veut se faire du crédit, il n'a qu'à se joindre à la corvée et à coup sur sa cote montera. Ça pourrait aussi marcher pour Mme Marois. La voir se salir les mains pourrait aussi l'aider.