Les travailleuses domestiques veulent la protection de la CSST

Une coalition réclame que les travailleuses domestiques soient protégées par la CSST au même titre que les autres travailleurs québécois.

La Coalition «la CSST pour les travailleuses et travailleurs domestiques» a tenu une conférence de presse hier, afin de demander à la ministre du Travail, Lise Thériault, d'agir pour inclure ses travailleuses ignorées par la loi depuis sa création.

Selon la coalition, les travailleuses domestiques visées sont embauchées par des particuliers afin de travailler dans les maisons privées, besognant parfois une quinzaine d'heures par jour.

Selon Christiane Gadoury, membre de la coalition, plusieurs facteurs peuvent expliquer l'exclusion des travailleuses de la loi. Elle cite le fait qu'il s'agisse principalement de femmes dont le travail et souvent dévalorisé et mal payé.

Cependant, Mme Gadoury explique que, selon une étude parue en 2008, la prévalence de blessures chez les travailleuses domestiques serait trois fois plus élevée que chez les autres travailleuses. En 2008, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse a reconnu que la loi est discriminatoire à l'endroit des travailleuses domestiques. Depuis, la ministre Thériault s'est engagée à revoir la loi, mais rien n'a été accompli.