Robert Latimer obtient une libération totale

Victoria — Robert Latimer, un fermier saskatchewanais qui avait tué sa fille lourdement handicapée en 1993, a obtenu une libération conditionnelle totale et sera de retour à la maison avant Noël, a affirmé son avocat.

Jason Gratl a affirmé que son client avait appris cette décision lors d'une audience, jeudi dernier. La libération conditionnelle totale entrera en vigueur le 6 décembre prochain.

M. Gratl n'a pas souhaité commenter les conditions qui ont été imposées à M. Latimer ou encore l'état d'esprit actuel de son client.

«Il ne veut pas divulguer de détails sur l'endroit où il entend vivre, ni dire s'il entend être auprès de sa famille en Saskatchewan, ni aucun détail de ce genre» a dit Me Gratl.

«Il veut maintenir un sentiment de vie privée et est réticent à attirer l'attention sur son cas.»

Le fermier de 57 ans avait été reconnu coupable de meurtre au second degré et avait reçu une peine d'emprisonnement à vie après la mort de sa fille Tracy, survenue en 1993. Il a lui-même décrit l'empoisonnement au monoxyde de carbone comme un meurtre par compassion.

Robert Latimer a obtenu une libération conditionnelle en février 2008.

Depuis ce temps, il passe cinq nuits par semaine dans une maison de transition de Victoria et deux dans son propre appartement, aussi à Victoria.

Jointe à la ferme familiale, à Wilkie, la femme de M. Latimer, Laura, a confirmé que son mari avait été libéré, mais a précisé qu'elle ne connaissait pas tous les détails et qu'elle ne voulait pas accorder d'entrevue.