La génération Y réunie en sommet à Montréal

Lutter contre le cynisme ambiant, réfléchir par centaines réunies à tous les grands enjeux de société pour culminer sur un plan d'action, le tout en un week-end, tel est le défi lancé aux «Y» par l'organisme Génération d'idées et que tenteront de relever plus de 400 participants de 20 à 35 ans réunis en sommet aujourd'hui et demain à Montréal.

Tout au long de la journée, aujourd'hui, des membres de la génération Y venus des quatre coins du Québec se répartiront dans plus d'une vingtaine d'ateliers pour réfléchir et mettre sur la table des pistes de solution sur divers enjeux. Le sommet Génération d'idées (GEDI) ratisse large: choc démographique, responsabilité sociale des entreprises, avenir de l'école et de l'université, alimentation et agriculture, et, même, esthétique dans les projets de développement.

Une côte pentue


«Pourquoi les Y, devant un désengagement généralisé, le cynisme, ne pourraient pas influencer le destin du Québec?», lance Paul St-Pierre-Plamondon, cofondateur de Génération d'idées. Comparativement aux boomers lors de la Révolution tranquille, par exemple, la marge de manoeuvre des Y est réduite, concède-t-il. «Nous n'avons pas le poids démographique qu'ils avaient et nous n'héritons pas des leviers économiques qu'ils avaient dans les finances publiques à l'époque. Mais je m'accroche à l'idée que la nécessité peut faire bouger les montagnes.»

Les organisateurs du sommet misent beaucoup sur la participation des participants. Contrairement à d'autres grands rassemblements, avance M. St-Pierre-Plamondon, GEDI ne confine pas le participant à l'écoute passive. «Plusieurs événements de jeunes sont sous la forme de conférences données par des boomers à des jeunes. Le participant est souvent assis et écoute passivement. Chez nous, il participe aux ateliers de son choix, il se prononce. Il y a des mentors, mais ils sont là pour les coacher, pas pour donner leurs idées.»

Des mentors en renfort


Une trentaine de mentors aiguilleront les participants dans les ateliers. L'ancien ministre Claude Castonguay, le directeur du Devoir, Bernard Descôteaux, le président de BMO Groupe financier, L. Jacques Ménard, et le président du MEDAC, Claude Béland, sont du nombre.

«Les jeunes n'en connaissent pas toujours beaucoup sur la Révolution tranquille, sur l'histoire, ou alors ils ne savent pas, par exemple, si le Québec est fort sur le plan des institutions financières. En tant que mentors, c'est sur ce genre de questions qu'on peut faire connaître notre expérience», explique Claude Béland, qui épaulera les jeunes dans l'atelier «Un chantier d'envergure. Restaurer la confiance des Québécois envers leurs politiciens», en compagnie de l'ex-députée bloquiste Suzanne Tremblay.

Le sommet culminera demain sur une plénière pendant laquelle tous les participants voteront les propositions retenues lors des ateliers. Les propositions adoptées se retrouveront ensuite dans un plan d'action que diffusera publiquement Générations d'idées.
2 commentaires
  • PO - Abonnée 27 novembre 2010 11 h 26

    Bravo et merci

    Pensons aux grands parents qui gardent les petits pendant que vous êtes à ce formidable et nécessaire congrès, porteur de continuité de vie....

    Merci à Paul et à toute son équipe.

    Fierté à vous autres.

    Diane et Yvon, 130 années à nous deux pour vous supporter | Go Go Go !

  • Nelson - Inscrit 10 juin 2011 00 h 21

    VOUS AVEZ BESOIN DE MOBILISER LES JEUNES ENTRE CERO ET CENTS ...POUR LA VIE, LA DÉMOCRATIE, LA NATURE ET LA SURVIE DE L'HUMANITÉ.

    En tant que le monde soit dirigé par des requins remplis d'ambition et narcissisme, la moitié de l'humanité crèvera de faim, et le monde entier sera en guerre permanente un peu partout.

    Mais la grand majorité des humains sont avides de démocratie et respect de la nature et de nous mêmes, et si nous réussissons à nous mettre tous ensembles...ont serait le vrai pouvoir.

    Il faut juste regarder comment le Pouvoir des peuples unis ont fini avec des dictatures communistes et plusieurs dictatures arabes.

    Au niveau de génération des idées, ça peut aider lire et écouter les très jeunes Albert Jacquart,Leopold Lauzon, Ives Michaud, Hubert Reeves, Noam Chosky, et des groupes comme Zeistgeist, etc

    Mais surtout créer pouvoir populaire Démocratique, pour mettre en échec les forces anti-démocratiques.