Ottawa sommé d'agir pour réduire la pauvreté infantile

Les organismes québécois et canadiens de lutte contre la pauvreté demandent au gouvernement fédéral d'agir pour établir une stratégie de réduction de la pauvreté infantile à l'échelle du Canada, alors qu'un enfant sur dix vit toujours dans une famille à faible revenu.

Campagne 2000, un regroupement pancanadien qui rassemble une centaine d'organismes, déposait hier son bilan 2010 sur la pauvreté infantile. Si le taux de pauvreté a été à son plus bas niveau en 20 ans en 2008, avec 9,1 %, le taux a bondi d'un point de pourcentage dès 2009 et risque de monter encore cette année. La récession a frappé les petits, assure-t-il.

Pour l'instant, les provinces ont chacune leurs propres mesures pour soutenir les familles défavorisées. «Il y a donc de grandes variations entre les provinces, déplore Christa Japel, de Campagne 2000, qui est également professeure au Département d'éducation et à l'UQAM. Il faut un leadership, une concertation pour assurer certaines mesures. [En 1989], la Chambre des communes avait voté une résolution pour abolir la pauvreté infantile pour 2000. Dix ans plus tard, on est toujours à environ un enfant sur dix.»

Un comité parlementaire a récemment présenté un plan de réduction de la pauvreté lié au projet de loi C-545 déposé l'été dernier, et tous les partis ont appuyé ce plan. Campagne 2000 espère que cela se traduira en gestes concrets. «Il faut hausser les prestations à l'enfance, et jumeler cela à une augmentation du salaire minimum», dit Mme Japel. Une hausse de l'offre des services de garde de qualité s'impose également, selon le regroupement.
 
1 commentaire
  • Rodrigue Tremblay - Inscrit 25 novembre 2010 10 h 01

    Quoi faire?

    C'est l'immigration qui fait augmenter le nombre d'enfants pauvres au Canada. Les immigrants mettent 20 ans à gagner autant que les Canadiens, ils ont beaucoup d'enfants et ils s'établissent à Montréal, Toronto et Vancouver, là où les loyers sont les plus élevés. Résultat, le nombre d'enfants pauvres augmentent.