En bref - Daniel Ménard en cour martiale

Ottawa — Les Forces canadiennes ont confirmé, hier, que le brigadier-général Daniel Ménard fera face à des accusations en cour martiale à la suite d'une présumée liaison qu'il aurait entretenue avec une subalterne. Les enquêteurs avaient déposé des accusations au mois de juillet après qu'une subalterne, la caporale-chef Bianka Langlois, a reconnu avoir eu des relations sexuelles avec lui pendant leur mission.

L'officier supérieur, qui compte 26 ans de service dans l'armée, était commandant de la force opérationnelle en Afghanistan au moment des événements. Il a été relevé de ses fonctions en juin. Daniel Ménard fait l'objet de deux chefs d'accusation de conduite préjudiciable au bon ordre et à la discipline, et de quatre autres d'entrave à la justice.