Selon Benoît XVI, le condom peut être utilisé de façon «exceptionnelle» dans la lutte contre le sida - Les militants d'ici saluent l'ouverture du pape

Le pape a créé la surprise en affirmant dans un nouveau livre que le port du condom peut être justifié pour empêcher la propagation du sida. <br />
Photo: Agence Reuters Daniel Munoz Le pape a créé la surprise en affirmant dans un nouveau livre que le port du condom peut être justifié pour empêcher la propagation du sida.

Le pape Benoît XVI affirme que le préservatif peut être utilisé de façon «exceptionnelle» pour éviter la propagation du sida, dans un livre à paraître demain. Les militants dans la lutte contre le sida d'ici disent: «Enfin.»

«C'est extraordinaire! dit le Dr Jean-Pierre Routy, praticien à l'Hôpital Royal Victoria et chercheur à l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill. Ça fait des années qu'on essaie de faire reconnaître que, d'un point de vue théologique, [le condom] est un moindre mal pour protéger l'autre.» Après «deux papes complètement contre [l'utilisation de préservatifs», le spécialiste de l'immunité voit aujourd'hui une ouverture du Vatican, «bien que le pape actuel soit très conservateur». Rappelons qu'en mars 2009, Benoît XVI avait affirmé que le condom aggravait le problème du sida.

Pour le fondateur de la clinique médicale L'Actuel, le Dr Réjean Thomas, c'est «un grand pas» qui démontre que le Vatican comprend désormais la maladie. Dans les extraits dévoilés ce week-end, le pape «parle même de prostitution. Ça nous dit qu'il n'est pas dans une tour d'ivoire, comme on le pense souvent. Est-ce que c'est la réalité du terrain qui l'a convaincu?», se demande le médecin, citant l'exemple de religieuses haïtiennes qu'il a rencontrées qui donnaient des condoms en cachette. Le message du pape pourrait aussi aider à lutter contre les préjugés qui visent les personnes séropositives, a-t-il ajouté.

Le Dr Routy estime que les déclarations du pape auront surtout un impact hors du Québec, dans les régions du monde où le catholicisme est très fort. «En Amérique latine, plus même qu'en Afrique, les gens écoutent beaucoup plus le pape. Les gouvernements vont maintenant pouvoir en faire la promotion sans se mettre la religion à dos.» Le Dr Réjean Thomas pense toutefois que la parution du livre pourrait avoir un impact ici. «On n'est pas le peuple le plus porté sur la religion, mais ça pourrait quand même en avoir un, par exemple sur les paroles de Mgr Turcotte.»

La contraception toujours immorale

Le livre Lumière du monde — le pape, l'Église et les signes des temps, qui sera publié demain, présente des entretiens entre le pape et un journaliste allemand, Peter Seewald. Le pape Benoît XVI y dit que les scandales liés à des membres de la communauté religieuse pédophiles ont créé «un choc sans précédent» au Vatican avant de discuter ensuite du préservatif.

Il dit ensuite que l'utilisation du condom par un prostitué peut être vue comme «un premier pas vers la moralisation», tout en ajoutant que les préservatifs ne sont «pas vraiment la façon de venir à bout du mal de l'infection par le VIH».

Les propos du pape ne doivent pas être interprétés comme une ouverture à une large utilisation du condom, ont rapidement précisé, hier, des représentants du Vatican. En effet, «nous n'avons jamais entendu cela aussi clairement dans la bouche d'un pape», a déclaré le père Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège, mais on aurait tort d'y voir une déclaration révolutionnaire. La contraception demeure immorale, aux yeux du Vatican.

Le prochain pas que le Vatican aura à franchir concerne l'acceptation de l'homosexualité, selon le Dr Jean-Pierre Routy. «Les homosexuels sont rejetés par l'Église, mais lorsqu'ils sont malades, on leur doit compassion, et ils sont soignés [par les religieux]. C'est illogique et inconcevable.»

***

Avec Reuters
10 commentaires
  • Johanne St-Amour - Inscrite 22 novembre 2010 09 h 34

    Et un jour....

    Et un beau jour, ce sera peut-être l'acceptation des femmes dans les postes de pouvoir des religions????? Mais de toute façon, on n'en a que faire de l'opinion du pape sur le condom. Pourquoi donne-t-on tant de visibilité à ces grands homophobes et ces grands misogynes? En faisant cela, on entre dans leur jeu de pouvoir.

    Des "Monseigneurs" religieux j'aimerais savoir quels sont les gestes concrets qu'ils posent afin de changer cette institution religieuse qui condamnent les femmes qui désirent devenir prêtre (ou même pape), qui condamnent les homosexuels. Un péché aussi grand que la pédophilie selon des déclarations récentes plutôt ... diaboliques! Arguer la difficulté de faire bouger une telle institution permet de maintenir l'immobilisme!

  • chenay - Inscrit 22 novembre 2010 09 h 54

    Pourquoi tant de bruits

    Je ne comprends pas pourquoi on accorde tant d'imporatnce à ce que peut dire le pape.Cet homme est complètement déconnecté de la réalité.Il tente de nous faire croire que la pédophilie est un fait récent chez les prêtres ,il s'attaque férocement à la réalité des homosesuel alors que une grande partie des troupes qu'il dirigent sont des homosexuels.

    Il est contre la contraception malgré le sida , les familles trop nombreuses démunies qui dans des pays où la pauvreté règne .Le seul exemple qu'il peut donner relativement au port du condom est le cas d'un prostitué mâle.

    Cet homme ne s'est jamais levé la nuit pour consoler un bambin ou pour attendre passé minuit un adolescent rebelle.

    L'église qu'il dirige n'accorde aucun droit aux femmes.Pour lui elles sont des citoyennes de deuxième ordre

    Il s'habille d'or , demeure dans un château , bénéficie d'un personnel pour s'occuper de ses moindres besoins.Pourtant il prône l'abnégation
    et la modestie.

    En cette période de l'année le père noel a probablement plus de crédibilité que lui.

    Jean Chenay Sherbrooke.

  • LE VEILLEUR - Inscrit 22 novembre 2010 11 h 06

    À QUAND LES VRAIES AFFAIRES?

    Les papes se suivent et parlent toujours de...sexe! On le sait que c'est là le talon d'Achille de l'Église car elle est suspecte à ce chapitre: elle porte comme le reste de l'humanité beaucoup d'ambiguïtés en ce domaine. Quand osera-t-elle la pleine vérité et fera-t-elle la pleine lumière dans ses placards? Quand est-ce que les papes seront davantage des pasteurs et des évangélisateurs et non pas seulement des moralistes? C'est l'Esprit qui fait vivre! Quand est-ce que notre Église rappellera les conseils de vie évangéliques sans les imposer par des paroles de condamnation? Quand est-ce que notre Église deviendra une vraie communauté de frères et de soeurs égaux en droit et en dignité et non plus une société pyramidale où les uns se perçoivent plus importants et surtout à quand les vraies affaires: évangélisation, lutte contre les forces obscurantistes, lutte contre la pauvreté, lutte contre toutes les forces d'asservissement dans notre monde... C'est dans ces domaines que l'Église devrait s'investir et lâcher le condom une fois pour toute!P-G Majeau.

  • Georges Allaire - Inscrit 22 novembre 2010 11 h 44

    Le Pape et le condom : une rigolade

    Nous voilà repartis dans une blague médiatique. Le Pape Benoît XVI accepterait l’usage du condom en certaines circonstances.

    Pourquoi une blague?

    1) D’abord, parce que des gens qui détestent le Pape donneraient de l’importance à ce que le Pape dit. Voyons donc ! En réalité, ils n’écoutent le Pape que lorsqu’ils estiment qu’il dit la même chose qu’eux. Ils ne le citent qu’en autant qu’ils ont l’impression que lui-même se contredit. Bref, ils ne l’appuient qu’en autant que celui-ci leur permet de tomber. — Quand on comprend cela, on peut rigoler, parce que cela en dit plus sur eux que sur le Pape.

    2) Ensuite, parce qu’en fait le Pape ne dit pas ce qu’ils prétendent qu’il dit. Ils font la preuve qu’ils ne comprennent rien de ce dont le Pape parle. Ce qui est l’équivalent intellectuel des gens qui s’envolent pour avoir mis le pied sur une pelure de banane — Le Pape a simplement dit que le condom viole le cœur humain. Mais que, par contre, il vaut mieux violer un cœur humain que d’enlever une vie humaine. Le viol n’est pas glorieux. C’est même détestable, mais enlever une vie humaine est encore pire, si on ose dire. Et on ose le dire — Une équivalence dans un autre domaine: il vaut mieux flageller une femme que de la lapider à mort. En exprimant cette évidence, on n’invite pas à flageller une femme mais à lui sauver la vie. On estime toujours que le bourreau est un flagelleur détestable, mais il n’est au moins pas un assassin.

    3) Finalement, Tartuffe (c’est dans Molière) est autant un personnage comique dans les médias que sur scène. Ceux donc qui écoutent religieusement nos médias dans le domaine du cœur et de l’esprit humain, sont des bigots de la religion phallique de notre temps. Quand on les compare au cœur et à l’esprit de la Parole de Dieu, ils méritent d’être noyés de rire.

  • Stephanie L. - Inscrite 22 novembre 2010 11 h 45

    Beaucoup de personnes oubliées

    La pape a oublié beaucoup de personnes dans cette timide ouverture. Et les client de prostituées de sexe féminin (à ce que je sache, ce n'est pas le Saint Esprit qui contamine ces femmes)? Et les personnes en couple avec une personne séropositive? Et celles dont les infidélités ou la toxicomanie mettent en péril la santé de leur conjoint ou conjointe?

    On sait tous que le pape s'oppose à toutes forme de sexualité hors du mariage mais ces relations "illicites" n'ont rien d'exceptionnel. C'est à l'ensemble des êtres humains qu'il faut rappeler de ne jamais mettre en danger la santé ou la vie d'une autre personne dans nos pratiques sexuelles, qu'il s'agisse de pratiques sexuelles qu'il approuve ou non.

    À quand une grande déclaration pour rappeler qu'obliger une personne à avoir des rapports sexuels est un crime abject? À quand une dénonciation vigoureuse de toutes les formes de violence sexuelle: pédophilie, mariage forcé, exploitation et agressions sexuelles diverses, viol de guerre, viol conjugal, etc?