En bref - Le pape affirme que Pie XII aurait sauvé plus de juifs que quiconque

Rome — Des rescapés de la Shoah se déclarent attristés par les louanges du pape Benoît XVI envers Pie XII qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, n'a pas dénoncé les déportations de juifs par le régime nazi allemand. Dans un livre à paraître demain, Benoît XVI affirme que Pie XII a été l'un des grands Justes et qu'il a sauvé plus de juifs que quiconque.

«Ces commentaires nous remplissent de douleur et de tristesse», a déclaré Elan Steinberg, vice-président du Rassemblement américain des rescapés juifs de l'Holocauste et de leurs descendants, hier. «Ils jettent une ombre menaçante sur les relations entre le Vatican et les juifs.» Dans son ouvrage, Benoît XVI refuse de suspendre le procès en béatification de Pie XII. Pape de 1939 à 1958, Pie XII ne s'est pas élevé contre les déportations de masse organisées par le IIIe Reich. Selon Benoît XVI, il est parfaitement clair que, s'il avait protesté publiquement, les Allemands auraient aussitôt cessé de respecter l'extraterritorialité vaticane des couvents et des monastères de Rome, où se cachaient des juifs. «Les milliers d'entre eux qui y avaient trouvé refuge [...] auraient certainement été déportés», avance le pape.
2 commentaires
  • Augustin Rehel - Inscrit 8 décembre 2010 07 h 21

    L'antisémitisme

    Il y a bien des raisons qui expliquent le silence de Pie XII. La première, c'est l'antisémitisme qui florissait dans toute l'Europe, y compris la Pologne de Jean Paul II. Elle sévissait même dans le clergé catholique. Faut bien dire les choses comme elles sont.

    La deuxième raison, c'est celle que Benoît XVI invoque: le respect du Vatican qui aurait été traité sur le champ comme un ennemi du Reich. Vous voyez l'affaire: les catholiques auraient été traités comme les Juifs. Il suffit de lire le traitement des évêques de Hollande par Hitler pour comprendre cette phrase de Pie XII;

    «Imaginez si le pape osait parler.»

  • Jeannot Duchesne - Inscrit 30 décembre 2010 11 h 57

    La thèse de Ratzinger est fondée sur du sable.

    Commentaire fondé sur le sable de la supposition et de prête intention.

    Le fait que de milliers de juifs aient été sauvés par le silence de Pie XII ce n’est qu’une conséquence indirecte de son silence et ne peut lui être imputable. Des millions d’autres sont morts à cause de ce silence.

    Ce n’était pas l’intention de Pie XII de sauver des vies juives et le catholicisme était nettement antisémite à cette époque. C’était les juifs qui avaient tués Jésus, c’était même dans les prières du canon romain que Jean XXIII a demandé de corriger. Les juifs ont été sauvés par des initiatives individuelles de certaines communautés religieuses, pas toutes. Il n’y a jamais eu de mot d’ordre venant de la hiérarchie, la curie romaine, de sauver les juifs.

    Une autre initiative personnelle, à l'époque où il était en poste à Istanbul comme délégué apostolique, en 1944, Angelo Giuseppe Roncalli, le futur pape Jean XXIII, avait organisé tout un réseau visant à sauver des juifs et d'autres personnes persécutées par le nazisme. Ses actions ont permis à des milliers de condamnés d'échapper à la mort. C’est ce qu’on appelle un fait.

    On voit ici encore l’acharnement de Benoît XVI à vouloir construire son herméneutique de la continuité pour diminuer Vatican II initié par l’Esprit sous Jean XXIII, que la curie romaine considère toujours comme rupture. Une parole de jean XX III m’avait choqué, il se demandait pourquoi les gens avaient peur de Dieu et c’était le cas. J’étais resté sans réponse car je ne connaissais pas Dieu autrement. Aujourd’hui je pourrais facilement lui répondre: «parce qu’on nous l’a fait connaître ainsi et que nous étions méprisables ».

    Je ne vois pas l’entêtement à vouloir canoniser une personne qui porte plus sur la controverse que l’unité.