Villanueva: un expert est discrédité par le SPVM

Un nouvel expert en utilisation de la force, François Vanhoutte, a connu un départ laborieux hier à l'enquête du coroner sur la mort de Fredy Villanueva. Des faussetés et des imprécisions dans son curriculum vitæ sont venues miner sa crédibilité.

Les avocats du Service de police de Montréal (SPVM) et de la Fraternité des policiers s'opposent à ce que M. Vanhoutte soit reconnu comme expert. Le coroner ad hoc, André Perreault, n'a pas encore tranché dans le litige.

François Vanhoutte compte 25 années de service à la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Il a été assigné à l'enquête par les avocats de la famille Villanueva et des jeunes blessés par le policier Jean-Loup Lapointe, afin d'analyser l'intervention fatidique du 9 août 2008.

Dans la première version de son CV, M. Vanhoutte a écrit qu'il avait témoigné à titre d'expert à l'enquête du coroner sur la mort de Martin Suazo. Or c'est faux.

L'expert a par ailleurs embelli son CV en ce qui concerne l'étendue de ses expériences professionnelles, entre autres en ce qui a trait à ses activités de sécurité auprès des personnalités politiques et à sa formation avec les Seals, l'unité d'élite de la Marine américaine.

L'avocat de la Fraternité, Michael Stober, estime que M. Vanhoutte ne peut prétendre au titre d'expert en usage de la force, d'autant plus qu'il n'a aucune formation reconnue à ce chapitre.

L'un des avocats qui ont retenu les services de M. Vanhoutte, Alain Arsenault, a banalisé les erreurs contenues dans le CV, les qualifiant «d'imprécisions» et de «méprises».

Par ailleurs, le SPVM a poursuivi la divulgation des documents au sujet de ses réalisations avant et après les événements d'août 2008 à Montréal-Nord. On y apprend notamment que le Service a l'intention d'installer des puces GPS dans ses voitures de patrouille et ses walkies-talkies, une dépense évaluée à 100 millions de dollars.
1 commentaire
  • farley inspect - Inscrit 29 novembre 2010 14 h 40

    François Van Houtte dans l'affaire Villanueva

    Il est innaceptable qu'un soit disant expert en utilisation de force avoue avoir menti devant une enquête de coroneur. François Van Houtte a également menti sur le fait qu'il avait été suspendu par la GRC. M. Van Houtte devrait être chargé pour outrage et parjure dans cet affaire.