Affaire Villanueva - Jean-Loup Lapointe aurait tiré deux balles de trop, concède un expert

Deux balles de trop? Un expert en emploi de la force a reconnu hier que le policier Jean-Loup Lapointe aurait normalement dû cesser de tirer sur Fredy Villanueva et ses amis dès qu'il a perçu un mouvement de recul de leur part.

Dans tous les scénarios présentés hier à l'enquête du coroner sur la mort de Fredy Villanueva, l'expert Bruno Poulin, de l'École nationale de police du Québec, a concédé que Jeffrey Sagor-Metellus «ne constituait plus une menace» lorsqu'il a été atteint au dos par l'agent Lapointe.

Si l'on retient comme avérée l'hypothèse selon laquelle les deux premiers coups de feu ont atteint Fredy Villanueva, alors les troisième et quatrième tirs étaient aussi superflus. À partir du moment où a commencé le mouvement de repli, la menace était dissipée. Les tirs devaient donc cesser, du moins en théorie.

Nuances

Les avocats de la famille Villanueva et des jeunes blessés lors de l'intervention ont trouvé des arguments en leur faveur dans ces déclarations de Benoît Poulin, qui témoigne à la demande du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

Sauf que le témoignage de l'expert Poulin est empreint de nuances. «Objectivement, quand on décortique l'intervention en microsecondes, c'est facile de voir où les tirs auraient dû cesser. [...] Mais il faut considérer l'ensemble des circonstances», a-t-il dit en contre-interrogatoire.

Selon M. Poulin, il faut prendre en considération la rapidité fulgurante avec laquelle s'est déroulée l'arrestation difficile de Dany Villanueva, qui se débattait avec l'énergie du désespoir. S'il faut en croire la version du policier Lapointe, Fredy Villanueva et ses amis l'ont encerclé et ils l'ont pris à la gorge. Il a ouvert le feu car il craignait d'être désarmé et d'être tué. «Il n'a pas eu assez de temps de perception pour retenir le quatrième coup de feu», estime Bruno Poulin.

Lorsqu'un policier craint pour sa vie, il peut tirer de trois à six balles, en moins d'une seconde et demie, avant de réaliser qu'il n'y a plus de menace, a expliqué M. Poulin, en se basant sur des études américaines à ce sujet.
4 commentaires
  • pagerry3 - Inscrit 22 octobre 2010 08 h 16

    Que cesse cette plaisanterie judiciaire de très mauvais gout.

    La théâtralité et la surexposition du macro film des Villanueva est une sordide affaire de jeunes provocateurs délinquants qui font du profilage policier, qui ne respectent rien ni personne, qui ne s'intègrent pas au rythmes de la vie sociétale au Québec. Et, le tout a déplorablement mal tourné. Quand on sait que tout ce qui traine se salit, vaudrait mieux que l'on cesse cette comédie de complaisance déraisonnable et déshonorante qui n'a rien de drôle et qui n'aboutira nulle part ailleurs que dans les ruelles et les arrières cours des vengeances et des règlements de comptes. Le tout dégénère depuis les tergiversations du ministre de l’insécurité publique, Jacques Dupuis, et c’est devenu la courroie de transmission du harcèlement dont le policier Jean-Loup Lapointe est la cible. Il y a certains terrains où personne n’a quoi que ce soit à gagner, à tenter si futilement d’acheter la paix.

  • Gravelon - Inscrit 22 octobre 2010 09 h 20

    meurtre

    Mais vous oubliez qu'un être humain a été tué parce qu'il jouait au dès dans un parc par un représentant de l'ordre. Vous oubliez que dans ce secteur, durant la période du meurtre, les contrôle d'identité se sont multiplié auprès de personnes coupables de déli de faciés. Certes, ce jeune n'était pas tout à fait clean, mais représentait-il réellement un danger si grand justifiant le comportement de cowboy d'un policier baveux. Oui, le profilage poicier comme voue le nommez doit se poursuivre jusqu'à ce que justice soit faite. Cet enfant aurait pu être le votre ou le mien.

  • Joseph Morin - Inscrit 22 octobre 2010 12 h 12

    Procédures d'extradition

    Dans cette affaire, la seule chose qui me préoccupe encore c'est de savoir si les procédures d'extradition vont bon train?

    L'histoire du début, qui affirmait que de bons petits gars s'étaient fait attaquer par la police, est vraiment loin! On sait maintenant que tous étaient majeurs et membres d'un groupe criminalisé de gang de rues.

    La police n'a donc pas fait d'erreur. C'est du côté du groupe de criminels que l'erreur a été commise: avoir attaqué la police.

    Avec ces gens, on n'en finit jamais... Soit on tente l'arrestation de routine avec deux policiers, le criminel résiste et quand une mort s'en suit on dit que la police aurait dû demander des renforts; soit la police demande des renforts et là les criminels disent que les policiers font usage d'une force disproportionnée.

    Bref, pour eux, c'est toujours la faute des policiers: pas besoin d'enquêter pour le savoir.

    Villanueva est un multi-récidiviste dont la procédure d'extradition avait déjà été entamée deux mois avant les faits dont on parle ici. Je souhaite que son extradition ne traine pas... et, parlant d'extradition, Leon Mugesera vit-il encore en liberté à Québec???

    Canada, régime de bananes.

  • Steve Richer - Inscrit 22 octobre 2010 14 h 35

    Que justice soit rendue pour la famille Villanueva

    Membres d'un gang de rue ou pas, là n'est pas la question.Même si ceci était vrai cela ne justifie en rien que les policiers tirent sur eux.

    Ces jeunes ne représentaient aucune menaces pour la société au moment de l'intervention.En quoi les policiers avaient-ils d'affaire à intervenir à ce moment si ce n'est que pour provoquer ces jeunes.On tente de laisser croire qu'ils voulaient arrêter Le frère de Freddy.Sous quel motifs?A ce jour, aucune accusations nouvelles n'a été portées contre lui.On voulait donc l'arrêter pourquoi? Incroyable que certaines personnes puissent trouver justification aux gestes de l'agent Lapointe.

    Si ces jeunes sont si criminels qu'on veut le laisser croire, comment se fait-il qu'aucun d'eux ne soit incarcérés ou poursuivis?C'est clair que les policiers n'ont rien sur eux,.Comment se fait-ils qu'ils aient supposément attaquer l'agent Lapointe et que non seulement celui-ci ne porte aucunes marques mais qu'aucun des jeunes ne soient poursuivis pour celà? Ca ne tient pas la route et seul des imbéciles peuvent croire à cela.

    Aucun jeune n'étaient armés.Connaissez vous des membres de gang de rue (eux qui risquent de se faire descendre à tout moment)qui se promène sans être armés? J'aimerais voir vos commentaires de nouveau si malheureusement un jour une de vos connaissance ou membre de votre famille tombe sous les balles des policiers en jouant dans un parc.J'ose croire que vous réaliseriez que même s'ils ont commis des délits mineurs auparavant, rien de justifient de les abattre comme des chiens.Ces jeunes n'avaient aucunes raisons de se faire tirer dessus. L'agent Lapointe n'a jamais été agressé, sa partenaire n'a jamais bronchée.elle-même aurait tiré pour défendre son partenaire s'il celui-ci se faisait agressé. Elle n'a même pas dégainé.

    Que justice soit rendue. Cela ne ramènera malheureusement pas Freddy à sa famille mais cela leur permettra peut-être de vivre leur deuil en toute sérénité