En bref - Toujours pas de contrat pour Sécur-Action

Même si la firme Sécur-Action s'est vue confier la surveillance du quartier général de la police, elle n'a toujours pas de contrat en bonne et due forme avec la Ville, a dénoncé hier le maire de l'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard, lors de la séance du conseil municipal.

Le Service de police de la Ville de Montréal procède donc par «bons de commande», comme il le faisait avec BCIA, l'entreprise appartenant à Luigi Coretti qui a fait faillite plus tôt cette année et qui s'est retrouvée au coeur d'une controverse. Le maire Gérald Tremblay a expliqué hier que Sécur-Action avait été choisie à la suite d'un appel d'offres, mais que souhaitant d'abord obtenir l'approbation du nouveau chef de police, Marc Parent, qui vient d'entrer en fonctions, le comité exécutif n'avait pas encore donné son aval à l'octroi d'un contrat. La Ville souhaite que «toute la lumière sur la firme Sécur-Action» soit faite, a dit le maire.