Affaire Villanueva - La mémoire de Meas vacille

Les états de conscience altérés de Denis Meas ont suscité de nouvelles interrogations hier à l'enquête du coroner sur la mort de Fredy Villanueva.

Meas, blessé à l'épaule par le policier Jean-Loup Lapointe, a rejeté en bloc sa déclaration aux enquêteurs de la Sûreté du Québec (SQ), lundi, en indiquant qu'il n'avait absolument aucun souvenir de leur avoir parlé. Cette déclaration corrobore en partie la version des événements du policier Lapointe, qui a abattu Villanueva.

À sa décharge, Meas a été interrogé sur son lit d'hôpital après son opération, le 10 août 2008, alors qu'il était sous l'effet de puissants sédatifs. Mais voilà qu'il a gardé certains souvenirs de cette journée. Il se souvient entre autres d'avoir rencontré ses parents et d'avoir appris aux nouvelles télévisées la mort de Fredy Villanueva, son meilleur ami. De la visite de la SQ, il ne subsiste aucune trace dans son esprit.

Le témoin à la mémoire fuyante a, hier encore, multiplié les déclarations évasives. Il est incapable de dire si Jeffrey Sagor-Metellus, l'autre jeune blessé (au rein) par le policier Lapointe, était présent dans le stationnement de l'aréna Henri-Bourassa, le 9 août 2008. Pas plus qu'il n'est capable de décrire les gestes posés par Fredy Villanueva dans les secondes précédant les coups de feu.

Meas assure cependant que ses amis et lui ne se sont jamais approchés à plus de deux mètres du policier Lapointe et de son équipière, Stéphanie Pilotte. Ils se sont contentés de protester, verbalement, contre l'arrestation de Dany Villanueva.

Selon Meas, Jean-Loup Lapointe n'avait aucune raison de tirer quatre projectiles en leur direction. «Je ne pourrais pas expliquer pourquoi il a fait ça. On n'avait rien fait de mal. On n'était pas armés», a-t-il dit.

Le groupe jouait aux dés dans le stationnement, ce qui constitue une infraction municipale. À l'arrivée du policier Lapointe, Dany Villanueva s'était retiré de la partie depuis une quinzaine de minutes, a dit Meas. À ce chapitre, son témoignage est conforme en tous points à celui de Dany Villanueva.

Trois des principaux témoins de la mort de Fredy Villanueva ont défilé devant le coroner ad hoc, André Perreault, à ce jour: la policière Stéphanie Pilotte, Dany Villanueva et Denis Meas. Aucun d'entre eux n'a été en mesure de confirmer la version des faits de l'agent Lapointe. Personne n'a pu confirmer, ni même infirmer qu'un ou plusieurs jeunes ont pris Lapointe à la gorge et qu'ils ont tenté de le désarmer.