En bref - Une facture compromettante

Toronto — Une femme de Toronto réclame 600 000 $ au géant Rogers sans fil pour une atteinte présumée à sa vie privée, après que son mari eut découvert son infidélité au moyen de sa facture de téléphonie cellulaire, écrit le quotidien Toronto Star.

Gabriella Nagy détenait un compte de téléphone sans fil avec Rogers sous son nom de jeune fille. Son mari était le détenteur du compte de câblodistribution de la famille. En juin 2007, quand son mari les a aussi abonnés aux services d'Internet et de téléphonie de Rogers, l'entreprise a regroupé tous les services facturés à leur domicile — y compris le cellulaire de Mme Nagy — sur un seul et même relevé. Le mari de Mme Nagy y a remarqué plusieurs longs appels au même numéro, ce qui a mené à la découverte de ses activités extraconjugales et à la séparation du couple. Dans des documents présentés à la Cour supérieure de l'Ontario, Mme Nagy reproche à Rogers d'avoir «unilatéralement» annulé le contrat sous son nom de jeune fille pour le regrouper avec celui de son mari. Rogers nie avoir annulé ce contrat et dit ne pouvoir être tenu responsable de l'état du mariage de Mme Nagy, de ses aventures, de la fin du mariage ou de l'impact de la séparation sur elle.