Villanueva est expulsé, mais interjette appel

Dany Villanueva a quitté le complexe Guy-Favreau suivi de sa famille et de supporteurs, qui le gardaient à distance d’une horde de journalistes.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Dany Villanueva a quitté le complexe Guy-Favreau suivi de sa famille et de supporteurs, qui le gardaient à distance d’une horde de journalistes.

La Commission de l'immigration et du statut de réfugié a mis moins de cinq minutes, hier après-midi, pour statuer en faveur de l'expulsion vers le Honduras de Dany Villanueva. Par le biais de son avocat, Stéphane Handfield, le résident permanent, âgé de 23 ans, a rapidement fait savoir qu'il interjettera appel de la décision.

L'Agence des services frontaliers du Canada a fait savoir à la Commission que M. Villanueva a purgé une peine de 11 mois de prison après une condamnation en 2006 pour vol à main armée. Après que l'avocat de Dany Villanueva eut reconnu cette condamnation, le commissaire Louis Dubé a affirmé n'avoir d'autre choix que d'ordonner le renvoi du jeune homme.

La loi édicte notamment que les résidents permanents et les ressortissants étrangers peuvent être expulsés si une peine de prison de plus de six mois leur a été infligée.

Stéphane Handfield a indiqué qu'il saisira la Section d'appel de l'immigration (SAI), qui tranche notamment les appels relatifs à une mesure de renvoi, suspendant du coup la mesure de renvoi du Canada de M. Villanueva. Dans certains cas, le SAI accueille des appels pour des raisons d'ordre humanitaire, a fait valoir Me Handfield. «En déposant l'avis d'appel, la mesure de renvoi est suspendue, et M. Villanueva conserve ses droits et privilèges de résident permanent», a-t-il expliqué, en ajoutant que la cause de son client, qui a le statut de résident permanent au Canada, mais n'est pas citoyen canadien, ne sera pas réglée avant de 12 à 18 mois.

Par ailleurs, l'avocat de Dany Villanueva plaidera devant la Cour fédérale que les droits et libertés de son client garantis par la Charte canadienne ont été bafoués.

Dany Villanueva s'est abstenu de tout commentaire en quittant le complexe Guy-Favreau, suivi de sa famille et de supporteurs, qui le gardaient à distance d'une horde de journalistes.

Manifestation contre l'expulsion

Sur l'heure du midi, une cinquantaine de personnes se sont réunies devant le complexe Guy-Favreau pour manifester contre l'expulsion de Dany Villanueva, le frère de Fredy Villanueva. Vingt-cinq groupes, dont la Ligue des droits et libertés et la Fédération des femmes du Québec, ont appuyé les manifestants. Sur les pancartes, on pouvait lire «Arrêtez la déportation» et «Non à la double peine».

Le chanteur et musicien Ricardo Lamour, alias Emrical, a fait un long discours dans lequel il a plaidé pour «le bon sens». «Pendant que les gens voient un criminel, nous voyons un jeune individu qui tente de s'en sortir», a-t-il dit.

Les manifestants reprochent au gouvernement fédéral d'imposer une «double peine» aux résidents permanents qui ont commis un crime et qui ont purgé leur peine. «Même si cette personne purge sa peine, remplit ses responsabilités, elle est quand même déportée dans un pays souvent difficile», explique Nicole Filion, coordonnatrice de la Ligue des droits et libertés.

Ils ont remis en question le choix du moment de l'enquête de l'Agence des services frontaliers du Canada, étant donné qu'une commission d'enquête a été mise sur pied afin de faire la lumière sur la mort de son frère, Fredy Villanueva, qui a été abattu par un policier du Service de police de Montréal en août 2008.

Me Handfield a indiqué que la condamnation de Dany Villanueva remontait à avril 2006, mais que le rapport produit contre son client n'avait été achevé qu'en janvier 2010. «C'est exactement 44 mois, et, dans la plupart des cas, un rapport est complété entre 8 et 10 mois après une condamnation», a expliqué Stéphane Handfield. «Ce qui est arrivé avec le cas de M. Villanueva demeure inconnu, mais j'estime qu'il s'agit d'un délai déraisonnable», a-t-il ajouté.

***

Avec la collaboration d'Alec Castonguay

Avec La Presse canadienne
7 commentaires
  • 666 - Inscrit 22 avril 2010 08 h 54

    Bon debarras

    J'espere que la cour d'appel rejetteras sa demande.
    On n'a pas besoin de ce genre d'individues dans notre societe.
    Une societe qui est dejas bien assez violente,merci.

  • Yves Claudé - Inscrit 22 avril 2010 08 h 57

    Affaire Villanueva : Pour les droits …, contre les privilèges !


    - Observateur attentif de l’Affaire Villanueva, la décision (suspendue) de déportation prise par la Commission de l'immigration et du statut de réfugié à l’endroit de Dany Villanueva, m’amène à poursuivre des réflexions sur un mode interrogatif … -


    Il faut reconnaître un certain succès à la mobilisation des « militants » antipoliciers, qui tentent de faire de l’« Affaire Villanueva » une « cause exemplaire » : ils ont réussi, dans une certaine mesure, à médiatiser efficacement leurs actions et à transformer symboliquement Dany Villanueva en « victime », occultant ainsi les réelles victimes de ses exactions.

    Ce faisant, ils n’ont peut-être pas rendu le meilleur service à ce jeune homme. En effet, Dany Villanueva est aussi « victime » de cet activisme « militant » acharné mais dénué de perspectives sociales progressistes, qui lui aura procuré un sentiment de toute puissance, et peut-être aussi l’illusion d’une certaine impunité, si l’on considère la persistance de ses déviances comportementales. En effet, alors que le jugement n’est pas encore rendu dans les accusations criminelles qui résultent de son arrestation en juin 2008 (*), il a encore été arrêté et mis en accusation récemment (14 avril 2010) en compagnie de deux individus, qui comme lui sont soumis à une ordonnance judiciaire leur interdisant de fréquenter des individus criminalisés.

    Cette série documentée d’écarts de conduite, pour lesquels Dany Villanueva a été arrêté par les autorités policières, ne peut que jeter des doutes sur ses déclarations effectuées à l’Enquête publique sur la mort de son frère Fredy, à l’effet qu’il aurait quitté le milieu criminel des Bloodz en 2006.

    La nature de ses relations sociales suscite aussi de sérieuses interrogations : son arrestation en juin 2008, dans une entreprise criminelle s’est effectuée en compagnie quatre autres individus, dont Bayron Alexis Clavasquin-Padilla (*). C’est cette même personne que l’on retrouve avec Dany Villanueva sur la vidéo musicale de promotion des Bloodz (Mobsterz) lancée en février 2009 sur la chaîne Youtube. Dans cette vidéo se produisait également Daniel-Alexander Artiga-Padilla … arrêté en compagnie de Dany Villanueva le 14 avril dernier !

    Par ailleurs, le fait que Dany Villanueva persiste à afficher un style vestimentaire associé aux sous-cultures de la rue n’est pas problématique en soi, mais ceci est peut-être interprété par certains comme un message de fidélité à leur groupe, surtout lorsque ces symboles affichés sur ses vêtements font référence à Los Angeles … la ville mythique des gangs, dont les Bloodz sont issus. Alors que d’autres individus, dans des situations analogues, suivent les conseils de leur avocat pour se vêtir d’une manière neutre, Dany Villanueva a continué à s’afficher avec ces éléments symboliques vestimentaires, dans le contexte de l’Enquête publique sur la mort de son frère, ainsi que lors de sa comparution devant la Commission de l'immigration et du statut de réfugié (21 avril 2010). Quels objectifs poursuit-il par cet affichage d’éléments symboliques clairement connotés ?

    Dans leur aveuglement et leur acharnement à nier la réalité, il ne semble pas que les individus et groupes qui prétendent appuyer Dany Villanueva se soucient le moindrement de l’inciter à entreprendre une réhabilitation sociale, et encore moins de l’interpeller sur sa responsabilité relative à ses actes délictueux et aux victimes de ces actes.

    Ainsi, Dany Villanueva, « victime » proclamée du « système », est l’objet d’une campagne de mobilisation de la part de groupes qui se proposent de faire échec à la mesure de déportation dont il est l’objet. Il est très étonnant que les autres individus qui sont dans la même situation ne bénéficient pas de la même sollicitude de la part de cette mouvance antipolicière. Pourquoi Dany Villanueva devrait-il bénéficier d’un privilège, qui n’est pas accordé à d’autres qui ne sont pas auréolés de ce pseudo-prestige de « victime » ? Il est navrant de constater que quelques organismes communautaires ou syndicaux, entre autres la Ligue des Droits et Libertés, aient mis en péril leur crédibilité en s’associant à cette douteuse campagne du mouvement antipolicier.

    De plus, selon l’avocat de Dany Villanueva « un autre témoin, dans l'enquête du coroner sur la mort de Fredy Villanueva, a maille à partir avec Immigration Canada » (Radio-Canada.ca, 27-1-2010). Il y aurait donc, parmi les témoins du drame du 9 août 2008, un individu qui serait susceptible de se voir accorder un privilège, et un autre qui ne mériterait pas le même soutien de la part des « militants » antipoliciers… !

    Il me semble important que les droits des individus soient respectés, en particulier dans les interventions étatiques (policières, judicaires, etc.) qui résultent de méfaits, dans les processus d’inculpation et de sanctions qui en découlent. Par contre, il est absolument intolérable que certains puissent bénéficier de privilèges, sous prétexte que des opérations démagogiques médiatiquement réussies leur aient arbitrairement procuré un statut de « victime ».

    Pourquoi Dany Villanueva, contrairement à d’autres individus dans la même situation, devrait-il obtenir des privilèges ?

    ***
    (*) : (« Deux mois avant la mort de son frère, Dany, 22 ans, a été arrêté avec quatre autres jeunes hommes, puis accusé de vol qualifié commis avec une arme à feu au centre-ville de Montréal. », La Presse, 8-6-2009 : http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada
    ***

    Yves Claudé – sociologue
    ycsocio[@]yahoo.ca
    Montréal, le 22 avril 2010

  • P. Bernard - Inscrit 22 avril 2010 09 h 32

    farce

    Une autre farce dans notre système de justice. Quand tous les recours inimaginables seront tous épuisés, nous serons en quelle année et quels auront été les coûts (supportés par chacun de nous)?

    On invoque que sa vie sera en danger s'il retourne dans son pays et notre vie à nous est-elle en danger?

  • François Dugal - Inscrit 22 avril 2010 10 h 28

    Les dés

    Dans tout ce que l'on reproche à ce jeune homme, on a omis le plus important: il a joué aux dés sur la place publique, avec les conséquences que l'on sait.
    François Dugal

  • Carole Dionne - Inscrite 22 avril 2010 10 h 51

    QUAND AUS SUPPORTEURS DE VILLANUEVA...

    Ils ressemblent à des cégeppiens en mal de causes à défendre. "Vous n'avez pas d'autre chose à faire?". Lui, je comprends qu'il ne veut pas ... mais vous les supporteurs défendre un petit criminel. petit Oui mais criminel. J'imagine que cela va bien paraître dans votre Cv: supporteur et défendeur de Danny Villanueva.


    Quand à lui et sa famille, c'est avant qu'il aurait dû s'en occuper. Là, il va nous coûter les yeux de la tête. OUSTE, dans ton pays. Pi si la mère commence à faire son show, OUSTE, dans les baggages de Danny. Elle a beaucoup de peine mais seulement quand cela fait son affaire et devant les caméras.