En bref - Autriche: d'autres victimes

Vienne — Plus de 150 personnes ont appelé une ligne téléphonique mise à leur disposition il y a dix jours pour signaler des sévices subis dans des établissements gérés par l'Église catholique en Autriche, rapportait hier l'association qui a pris cette initiative.

Environ un tiers des personnes qui ont appelé ont déclaré avoir été victimes d'agressions sexuelles dans des écoles ou des églises catholiques, selon la plateforme de ceux touchés par la violence ecclésiale. Les autres appels portaient sur des mauvais traitements physiques et des violences verbales. «Nous avons affaire à de nombreuses méthodes éducatives sadiques des années 1960-70», a déclaré hier Holger Eich, qui supervise le service d'aide. «J'espère que ces méthodes n'ont plus cours dans les institutions cléricales, mais je n'en suis pas sûr.»