Références aux droits des homosexuels - Kenney nie avoir exigé le retrait des passages dans le guide

Ottawa — Le ministre fédéral de la Citoyenneté et de l'Immigration semble nier tout rôle qu'il aurait pu jouer dans le retrait des références aux droits des homosexuels dans un guide remis aux immigrants demandant la citoyenneté canadienne.

Interrogé hier à savoir pourquoi il avait interdit toute information concernant les droits des gais et des lesbiennes, Jason Kenney a été catégorique.

«Je n'ai pas fait une telle chose. Non, non, vous vous trompez», a-t-il ajouté avant de disparaître dans la salle du parlement réservée au caucus conservateur.

La Presse canadienne a rapporté cette semaine qu'une ébauche du guide — document que les nouveaux immigrants doivent étudier en vue d'examens pour obtenir la citoyenneté devant débuter le 15 mars — comportait des références à la décriminalisation de l'homosexualité au Canada, en 1969, de même qu'à d'autres moments marquants pour les droits des homosexuels.

Mais une note interne envoyée en juin à M. Kenney par des fonctionnaires du ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration démontre que ces passages ont été supprimés à la demande du bureau du ministre.

De plus, une autre note interne envoyée au ministre Kenney, celle-ci datant du mois d'août, indique que des fonctionnaires ont tenté en vain de faire remettre dans le guide les passages retirés.

Le guide a été publié en novembre, et une seule référence aux homosexuels y figure, en l'occurrence une photographie du nageur olympique Mark Tewksbury, qui est présenté comme un «militant important des gais et lesbiennes du Canada».

Questionné à propos de la réaction de Jason Kenney, l'attaché de presse de ce dernier, Alykhan Velshi, a souligné hier que la signature du ministre ne figurait sur aucun des documents en question.
3 commentaires
  • M. Julien - Abonné 4 mars 2010 19 h 58

    Un gouvernement d’idéologues et de doctrinaires

    Le Gouvernement canadien étant dirigé actuellement par une bande d’idéologues et de doctrinaires imbus d'eux-mêmes qui font fi des droits et libertés et de la démocratie, il ne faut pas se surprendre de cette autre bêtise qui vient d'être commise par la radiation, dans le Guide consacré aux nouveaux immigrants, de la référence concernant les droits des homosexuels.

    Ce gouvernement est dangereux pour notre démocratie et il faut veiller à ce qu'il ne soit pas majoritaire. Déjà qu'il fait à peu près tout ce que bon lui semble depuis qu'il est au pouvoir!

    La plus grande vigilance s’impose!

  • Yvon Thivierge - Inscrit 5 mars 2010 20 h 15

    Kenney ment et se contredit

    De l'évacuation des combats et gains des GLBT du Canada

    C'était en 1975. C'était ma première participation à une manif publique, en plein coeur d'Ottawa, devant le ministère de l'Immigration pour protester contre sa politique d'interdiction des visiteurs gais au Canada, six ans après la dépénalisation de l'homosexualité.

    Je me souviendrai aussi d'avoir proclamé haut et fort sur la colline du Parlement, dans ma propre traduction, les dix revendications du mouvement gai de l'époque, dont l'abolition de ladite discrimination.

    Il ne sera donc pas étonnant que je suis sorti de mes gonds lorsque j'ai ouï dire que l'actuel ministre homophobe de l'Immigration, Jason Kenney, dont les mauvaises langues arguent qu'il est, autant que son collègue John Baird, récemment tiré du fond de son placard par une autre dépitée néo-conne prise à partie, un homosexuel honteux et confus qui refoule ses propres pulsions sexuelles particulières.

    Il est inacceptable que l'idéologie régressive et obscurantiste du gouvernement Stiff Harpeur présente à l'étranger -- et aux immigrants éventuels -- une image du Canada d'antan ou de naguère qui n'aurait pas évolué d'un iota, surtout en ce qui concerne les personnes gaies opprimées chez eux à la recherche d'un pays plus accueillant, moins antigai et discriminatoire.

  • Yvon Thivierge - Inscrit 5 mars 2010 21 h 06

    Le Canada moins homophobe que les USA

    Le gouvernement fédéral a le devoir de promouvoir à l'étranger son ouverture aux gais et lesbiennes qui voudraient éventuellement émigrer au Canada, se distinguant ainsi d'autres pays démocratiques occidentaux comme les États-Unis qui s'emploient à non seulement nier aux GBLT leurs droits fondamentaux mais à les leur enlever:

    http://thinkprogress.org/2010/03/05/virginia-ag-sc