En bref - Ponts et viaducs alarmants

Des ingénieurs du ministère des Transports, responsables des ponts et viaducs, ont soutenu dans deux lettres expédiées au premier ministre du Québec ne plus pouvoir «garantir un niveau de sécurité acceptable à la population» et souligné l'«urgence d'agir», a rapporté Radio-Canada (RC) hier.

Ces lettres signées par une vingtaine d'ingénieurs sonnaient l'alarme il y a un peu plus d'un an et demi. Des sources au ministère et dans le secteur privé ont indiqué à RC que les préoccupations soulevées alors demeurent pertinentes. À la suite de l'effondrement des viaducs du Souvenir, en 2000, et de la Concorde, en 2006, le ministère a multiplié par sept les budgets alloués aux infrastructures routières. Les sommes accordées aux firmes privées de génie-conseil ont explosé dans les mêmes proportions. Toutefois, une pénurie d'ingénieurs civils, au privé et au public, compliquerait la réalisation de ces travaux.