Montréal sera l'hôte de l'assemblée de citoyens engagés Civicus

Montréal sera l'hôte pour les trois prochaines années d'une importante assemblée internationale qui réunira plus de mille citoyens engagés provenant d'une centaine de pays. Le but? Fournir des pistes de solutions concrètes pour un nouvel ordre économique mondial.

Cette année, le Palais des congrès recevra du 20 au 23 août les citoyens les plus engagés de leur communauté dans le cadre de l'assemblée annuelle de Civicus, une alliance internationale fondée en 1993. Cette dernière, encore peu connue au Québec, oeuvre pour que les citoyens soient entendus des autorités. Elle regroupe des milliers d'organisations et membres de la société civile, cette tranche de la société qui n'est pas impliquée en politique, ni dans le commerce, et qui s'engage de façon volontaire pour faire valoir son point de vue.

Le déficit démocratique «qui a causé la crise financière», selon la présidente de Civicus, Ingrid Srinath, a inspiré le thème de cette année: «Chercher des solutions: la justice économique». «La crise a révélé que M. et Mme Tout-le-Monde ne sont pas considérés dans la prise de décisions, affirme Mme Srinath, rencontrée hier à l'annonce de l'événement. Les décisions se prennent plutôt en fonction des lobbys et selon ce qui permettra de faire de l'argent. C'est ce déficit démocratique qui a causé la crise et les mesures pour en sortir ne considèrent toujours pas l'opinion de la société civile.»

Au terme de la rencontre de quatre jours, des propositions seront faites aux grands décideurs. «On veut que la voix de la société civile soit entendue aux niveaux local, national et mondial», a ajouté Anabel Cruze, également de Civicus.

L'Institut du Nouveau Monde (INM), une organisation québécoise qui favorise les débats d'idées et la participation citoyenne, coorganise l'événement. «Ce sera une occasion pour créer des liens entre les pays, mais ça permettra aussi à la société civile d'ici de se rapprocher, estime le président et fondateur de l'INM, Michel Venne. On a beau être à l'époque de l'électronique, se voir permet un plus grand engagement!»

La veille de la grande rencontre, quelque 200 jeunes discuteront également d'économie et de justice, une journée qui peut rappeler l'École d'été de l'INM, qui a lieu chaque année depuis six ans. «Ce sera toutefois différent, car les jeunes qui seront présents seront vraiment les têtes de réseaux, donc des personnes très engagées, contrairement aux Écoles d'été, qui sont ouvertes à toutes les personnes de 15 à 30 ans», informe M. Venne.

Civicus en sera à sa 9e assemblée mondiale, et à sa deuxième rencontre en sol canadien. La première assemblée a eu lieu à Vancouver en 2001.