Cinq jeunes dénoncent le profilage racial dans le métro

Mustapha Thompson soutient avoir été «intimidé verbalement» par des agents à la sortie de la station de métro Georges-Vanier.
Photo: Marie-Hélène Tremblay - Le Devoir Mustapha Thompson soutient avoir été «intimidé verbalement» par des agents à la sortie de la station de métro Georges-Vanier.

Cinq jeunes adresseront aujourd'hui une plainte à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse contre la Société de transport de Montréal (STM) qu'ils accusent de profilage racial, d'abus de pouvoir et de recours à une force excessive.

Samantha Hyman-Roberts, Taejhia James et Teasha Mary Codrington-Thompson, trois femmes âgées de 18 à 20 ans, auraient été interpellées, fin novembre par des agents de la STM pour une vérification de leur titre de transport.

Les patrouilleurs auraient sommé l'une d'elles, Samantha Hyman-Roberts, qui avait expliqué avoir jeté sa preuve de paiement, de sortir sur-le-champ de la voiture de métro. Les deux agents auraient alors «empoigné» la jeune femme, puis l'auraient «jetée au sol», sous les signes de désapprobation de ses deux amies. «[Les patrouilleurs] ont mis leurs gants et ont utilisé une force excessive pour la sortir du métro», relate Kelly Thompson, de l'organisme Desta, qui oeuvre auprès des jeunes Noirs du sud-ouest de la Ville de Montréal. «Le métro était plein et ils sont juste allés voir les trois personnes noires et [avaient adopté] une attitude agressive», ajoute-t-elle.

Toutes trois ont écopé d'un constat d'infraction de 324 $ chacune, pour entrave au travail des inspecteurs. Samantha Hyman-Roberts s'est aussi vu remettre un constat d'infraction pour n'avoir pu présenter une preuve de paiement de passage assorti d'une amende de 214 $. «Je me suis sentie traitée comme un animal ou une esclave. Trois jeunes filles blanches auraient-elles été agressées comme ça?», dit-elle. Samantha Hyman-Roberts, Taejhia James et Teasha Mary Codrington-Thompson réclament aujourd'hui 50 000 $ à la STM.

Gallo Cham et Mustapha Thompson soutiennent quant à eux avoir été «intimidés verbalement» par des agents à la sortie de la station de métro Georges-Vanier. Les deux jeunes considèrent avoir été victime de profilage racial puisque, selon eux, seulement les jeunes Noirs étaient interceptés par les agents. «Je suis un jeune homme noir et intelligent, ce qui me rend immédiatement suspect aux yeux des policiers et des inspecteurs blancs. Cette mentalité doit changer et être sanctionnée sévèrement», a affirmé M. Thompson qui demande à la STM de verser, à M. Cham et lui, 30 000 $ en guise de compensation.

Le directeur du Centre de recherche-action sur les relations raciales, Fo Niemi, allègue que les agents de surveillance de la STM remettent de «façon disproportionnée» des contraventions aux jeunes noirs. «Malgré des décisions sur le profilage racial impliquant la STM, la Société ne forme pas adéquatement ses employés inspecteurs sur cette question», affirme-t-il.

Par ailleurs, une poignée de jeunes du quartier de la Petite-Bourgogne, dans l'arrondissement du Sud-Ouest, ont profité hier du 45e anniversaire de l'assassinat du défenseur des droits des Afro-Américains Malcom X pour lancer une campagne contre le racisme dans le transport en commun.