Camps d'été - Avec 150 camps offerts, il y a un choix

Pierre Vallée Collaboration spéciale
La certification de l’Association des camps certifiés du Québec s’intéresse notamment à la qualité des activités offertes.
Photo: Archives Le Devoir La certification de l’Association des camps certifiés du Québec s’intéresse notamment à la qualité des activités offertes.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Bien qu'elle fasse le bonheur des jeunes, la longue période du congé scolaire estival est souvent un casse-tête pour les parents qui ne jouissent pas de la même liberté que leurs enfants. Comment alors occuper ces derniers? Les camps de vacances et de jour sont une solution pour de nombreux parents québécois.

Bon an mal an, ce sont environ 85 000 jeunes âgés de 5 à 17 ans qui s'inscrivent à un camp de vacances ou de jour au Québec. «Malgré le faible taux de natalité des années passées, le nombre des jeunes inscrits demeure stable, explique Yves Dubois, directeur général de l'Association des camps certifiés du Québec (ACQ). En réalité, on peut parler d'une augmentation de la popularité des camps, due essentiellement au fait qu'aujourd'hui, dans la plupart des familles, les deux parents sont sur le marché du travail.»

Plusieurs de ces camps de vacances ou de jour fréquentés par ces jeunes sont membres de l'ACQ. «Nous représentons 110 organismes qui gèrent 150 camps dans nos trois catégories d'activité, soit le camp de vacances avec hébergement, le camp de jour et les classes nature, principalement destinées aux écoliers pendant l'année scolaire.»

Mais, attention, aucune législation québécoise n'encadre le fonctionnement d'un camp de vacances. «On n'a même pas besoin d'un permis pour ouvrir un camp de vacances ou un camp de jour au Québec. Il n'y a rien non plus quant à la formation des animateurs et des moniteurs qui y travaillent. En la matière, nous en sommes là où en étaient les garderies il y a vingt ans.»

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle l'ACQ a été fondée au début des années soixante. «Les fondateurs voulaient ainsi baliser le fonctionnement des camps, ce qui a mené, au fil des ans, à la mise en place d'une certification obligatoire pour les camps qui sont membres de l'ACQ. D'ailleurs, le gouvernement québécois reconnaît l'ACQ comme un expert dans le domaine des camps de vacances.»

La certification de l'ACQ

La certification de l'ACQ vise à assurer la qualité et la sécurité des services offerts par les camps de vacances et de jour. Elle comprend 40 normes regroupées autour de six axes: le site, l'administration, la sécurité, l'hygiène et la santé, la programmation et le personnel.

«Par exemple, nous avons des normes concernant l'hébergement et l'aménagement du site. Il faut un plan d'évacuation, un contrôle des présences. Les menus doivent être approuvés par une diététiste. On exige des tests pour l'eau potable comme pour l'eau de baignade. Il doit y avoir sur place des personnes qui ont une formation en premiers soins. On réglemente le ratio animateur-enfants selon l'âge des jeunes. Par exemple, pour le groupe d'âge de 9 à 11 ans en camp de vacances, le ratio est d'un animateur pour 8 enfants. On ne trouve pas de 1 pour 25 dans nos camps. Notre ratio le moins sévère est de 1 pour 15, pour des jeunes âgés de 12 à 17 ans en camp de jour.»

La certification s'intéresse aussi à la qualité des activités offertes. «On s'assure que la programmation soit variée et qu'il y ait une diversité d'activités proposées aux enfants. Les animations doivent aussi reposer sur des thématiques qui intéressent les jeunes. Il ne faut pas seulement garder les enfants occupés, il faut aussi contribuer à leur développement. Une expérience en camp de vacances est une expérience unique et il faut qu'elle soit valable pour l'enfant.»

La formation des animateurs

Quant à la formation des moniteurs et des animateurs de camps de vacances et de jour, elle dispose du même flou législatif que le fonctionnement des camps, puisqu'il n'existe aucune norme ou exigence. «C'est pourquoi l'ACQ a mis en place un programme de formation obligatoire pour tous les animateurs et les moniteurs qui travaillent dans un de nos camps certifiés. Cette formation est de 50 heures pour un travail en camp de jour et de 60 heures pour un travail en camp de vacances. Elle se donne en début de saison et doit être reprise chaque année, ce qui en fait une sorte de formation continue qui permet aux plus expérimentés de partager leurs connaissances avec les nouveaux. Et cela assure que tous nos moniteurs et animateurs sont en mesure de fournir un travail de qualité.»

De plus, l'ACQ a mis en place un second programme, le Programme aspirant moniteur, pour les jeunes qui en sont à leurs dernières années de camps de vacances et qui aimeraient y travailler par la suite. L'ACQ, de concert avec d'au-tres partenaires tel le Con-seil québécois des loisirs, travaille aussi à la mise en place d'une formation, le Diplôme aptitude formation animateur (DAFA), qui, on l'espère, deviendra une norme pour quiconque entend travailler auprès des enfants dans le domaine des loisirs.

Faire le bon choix d'un camp

Selon Yves Dubois, les parents doivent prendre le temps de bien choisir le camp de vacances ou de jour de leurs enfants. «On prend souvent plus de précautions à choisir une voiture qu'un camp de vacances. Les parents doivent s'engager et bien s'informer. Ensuite, ils doivent le faire avec l'enfant. Parfois, il faut du doigté car il faut orienter l'enfant, mais on doit s'assurer que le séjour lui sera bénéfique et sécuritaire.»

Les parents et les enfants intéressés peuvent se renseigner en allant au site Internet de l'ACQ (www.camps.qc.ca), où ils trouveront la liste de tous les camps certifiés membres de l'ACQ ainsi que des renseignements sur chacun des camps.

***

Collaborateur du Devoir
1 commentaire
  • roxanne cantin - Inscrit 6 mars 2010 11 h 32

    Camps !

    À Québec, il y a le parc ferland et le parc marchand qui sont de bonnes références à ce qui attrait aux camps de jours pour les enfants entre4 et 12 ans. Les moniteurs sont dynamiques, à l'écoute des demandes des jeunes et des parents. Chaque moniteur possède des formations spécifiques et reconnues afin d'effectuer le travail correctement! Les activités et les sorties offertes sont diversifiés, amusantes et divertisantes pour les jeunes en quêtes d'amusement dans leur période de vacances

    Les inscriptions pour l'été 2010 commenceront au mois de Mai Alors surveillé le site web afin d'être à l'affut de ses merveilleux camps !

    www.ccjgd.ca