Gaspésie - « C'est au-delà de nos espérances »

Thierry Haroun Collaboration spéciale
Le Centre des congrès de la Gaspésie, situé au cœur de Carleton-sur-Mer, sur les rives de la baie des Chaleurs
Photo: Centre des congrès de la gaspésie Le Centre des congrès de la Gaspésie, situé au cœur de Carleton-sur-Mer, sur les rives de la baie des Chaleurs

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

La filière des congrès et du tourisme d'affaires se porte plutôt bien en Gaspésie. À tel point que le Centre des congrès de la Gaspésie doit conjuguer avec une crise de croissance. Survol d'un secteur aux retombées importantes.

«La filière du tourisme d'affaires et des congrès est très intéressante pour le développement de la Gaspésie sur le plan économique. C'est une clientèle qui laisse derrière elle relativement beaucoup d'argent. Et ce qu'on sait aussi, c'est que les congressistes vont parfois revenir en vacances», raconte Gilbert Scantland, directeur général de la Conférence régionale des élus de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (CRÉ).

D'ailleurs, M. Scantland rappelle que la CRÉ a entériné le plan d'action ACCORD (Action concertée de coopération régionale de développement), dans lequel cette filière «a été retenue comme un axe de développement tant pour la Gaspésie que pour les Îles-de-la-Madeleine. Et j'ajouterais que, sur le plan des infrastructures, la région est beaucoup mieux équipée qu'auparavant. Je pense, par exemple, à l'hôtel des Commandants à Gaspé, qui offre plusieurs salles de réunion et de congrès [pouvant accueillir de 10 à 250 personnes] qui sont très bien équipées, ou encore au Centre des congrès de la Gaspésie, à Carleton-sur-Mer, qui possède des équipements ultramodernes.»

Baie des Chaleurs

Nous y sommes. Le Centre des congrès de la Gaspésie, situé au coeur de Carleton-sur-Mer, sur les rives de la baie des Chaleurs, a été inauguré en avril dernier. Cette infrastructure est dotée de plusieurs salles de réunion dernier cri, dont une salle multifonctionnelle pouvant accueillir jusqu'à 445 personnes en formule banquet, d'un lounge, d'une salle VIP de 25 places et d'une autre salle de 60 places divisible en trois sections.

Autant d'espaces qui semblent fonctionner à plein régime, selon Stéphane Boudreau, président-directeur général du Centre des congrès, qui est rattaché à l'hostellerie Baie Bleue. Le tout constitue un imposant complexe multifonctionnel de haute tenue disposant notamment de 90 chambres et suites, d'un pub sportif, d'un restaurant gastronomique, d'une piscine extérieure chauffée, d'un terrain de tennis privé et d'un parcours de golf.

«Écoutez, ça va très bien. C'est au-delà de nos espérances. Depuis l'ouverture, plus de 15 000 personnes ont été accueillies dans le Centre des congrès. À ce jour, on a organisé une soixantaine d'événements, c'est quatre fois plus que ce qu'on avait prévu! En haute saison, on emploie environ 125 personnes, ce qui fait qu'on est un des employeurs majeurs de la région. En plus, les retombées se traduisent par le prolongement de la saison touristique. On est en train de répondre à un besoin important dans la région. D'autant qu'on offre des forfaits qu'on appelle "clé en main", assortis d'une découverte de la région», souligne M. Boudreau.

Parmi les événements qui s'y sont tenus au cours de la dernière année, notons le colloque du Technocentre éolien, qui a réuni près de 175 acteurs de l'industrie éolienne, le Salon des sports récréatifs de la Gaspésie ainsi que le Congrès des concessionnaires d'automobiles de l'Est du Québec, qui a attiré près de 150 visiteurs. Et l'avenir s'annonce prometteur, précise M. Boudreau. «Le calendrier du printemps prochain est plein et, pour l'automne, il reste un peu de place encore. En 2011, il y a déjà quatre ou cinq congrès de prévus et on signe déjà des événements pour 2012. Nous attirons plusieurs secteurs d'activité, tels la médecine, les finances et le communautaire.»

En plus des réunions d'affaires et des congrès, ajoute M. Boudreau, «nous organisons des spectacles. Cela représente de 8 à 9 % de nos activités.» On ne s'ennuie donc pas chez vous? «Ça, c'est vrai, on ne s'ennuie pas!»

À Gaspé

À l'autre bout de la Gaspésie, quelque 300 km plus loin, Mélissa Plourde, directrice générale de la Chambre de commerce et de tourisme de Gaspé, note que le tourisme d'affaires et des congrès demeure un secteur qui n'est pas à négliger. «À Gaspé, nous avons l'hôtel des Commandants, qui s'est doté d'excellentes infrastructures pour recevoir des événements, et ça fonctionne très bien. Ce qui est intéressant dans ce secteur d'activité, c'est qu'il déborde de la saison touristique habituelle. C'est aussi un secteur qui favorise le réseautage entre les milieux d'affaires.»

Mme Plourde affirme que son organisme compte à l'avenir consacrer un peu plus de temps «à réfléchir sur la manière de développer ce secteur sur notre territoire, tout en respectant les caractéristiques de notre milieu».

Plus largement

Jean Bouchard, directeur du marketing à l'Association touristique régionale de la Gaspésie, indique de son côté que cette filière n'est pas pour son organisme «un pôle de marketing majeur, mais on sera toujours là pour venir en appui aux entreprises qui désirent développer

des segments de marché, tel le Nouveau-Brunswick».

Un secteur qui est fortement concurrentiel à l'échelle du Québec, ajoute-t-il. «On sait que ce n'est pas dans la région de Montréal où on va mettre des efforts, en raison de la concurrence qui est extrêmement forte avec la proximité des Laurentides, ou Québec avec Charlevoix, il y a aussi l'Estrie. Cela fait en sorte que la Gaspésie ne peut pas s'inscrire dans cette dynamique, à moins d'y injecter des sommes énormes, et on n'a franchement pas cet argent.»

***

Collaborateur du Devoir