L'enquête sur le colonel Williams s'élargit

Une voiture de la police ontarienne était stationnée hier devant le domicile du colonel Russel Williams.
Photo: Agence Reuters Blair Gable Une voiture de la police ontarienne était stationnée hier devant le domicile du colonel Russel Williams.

Belleville, Ontario — Alors qu'elle poursuit son enquête sur le colonel Russell Williams, la Police provinciale de l'Ontario a indiqué hier avoir reçu des demandes de renseignements provenant d'autres corps policiers ainsi que des appels de familles de victimes d'autres crimes.

Le colonel Williams fait face à plusieurs chefs d'accusation, notamment pour les meurtres prémédités d'une jeune femme de 27 ans originaire de Belleville, Jessica Lloyd, et de la caporale de l'armée de l'air Marie-France Comeau, âgée de 38 ans.

Il est également accusé de séquestration, d'introduction par effraction et d'agression sexuelle, en lien avec deux attaques présumées à la suite de deux introductions par effraction distinctes commises en septembre dans la région de Tweed.

Militaire de carrière ayant été déployé dans plusieurs villes au Canada et ailleurs dans le monde, le colonel Williams a été arrêté, puis emprisonné lundi. Il devrait comparaître en cour à nouveau le 18 février, par vidéo.

La sergente Kristine Rae, de la Police provinciale de l'Ontario, a affirmé que les autorités n'enquêtaient plus seulement à l'endroit où le colonel aurait sévi, mais aussi dans plusieurs autres régions où il a déjà été en poste.

Le corps de Mme Lloyd a été trouvé lundi. Pour sa part, la caporale Comeau, qui travaillait à la base de Trenton, en Ontario, a été trouvée morte chez elle, à Brighton, en novembre.

La sergente Rae a indiqué que d'autres services de police enquêtaient sur des crimes non résolus, mais elle n'a pas voulu préciser de quels corps policiers il s'agissait, invoquant la nécessité de protéger l'enquête.

«Lorsqu'il est question de deux homicides, de deux introductions par effraction et d'agressions sexuelles, il est prudent de vérifier si des liens de similitude existent avec des enquêtes non résolues», a-t-elle fait valoir.

Mais Mme Rae a précisé qu'on mettait l'accent sur la cueillette d'informations liées aux quatre chefs d'accusation déjà connus pour le colonel Williams.

Elle a dit s'attendre à ce que l'enquête dure longtemps. «Il s'agit d'une très vaste enquête, à ce stade-ci», a-t-elle affirmé.

La sergente Rae a ajouté que la police avait recommandé la patience aux familles de victimes d'autres crimes ayant appelé pour réclamer des informations. Elle leur a assuré que tout renseignement sera examiné.

«Ces enquêtes seront examinées et prises en considération», a-t-elle affirmé.

Âgé de 46 ans, le colonel Russell Williams avait été nommé commandant de la base de Trenton en juillet dernier.
2 commentaires
  • jacques noel - Inscrit 10 février 2010 10 h 45

    Gros problème dans l'armée

    Watchez ben les textes qui vont sortir dans les prochains jours (dans Le Devoir?) où on va faire la liste impressionnante des tueurs en série qui étaient des militaires ou qui sont passés par l'armée.

  • moimeme - Inscrit 10 février 2010 14 h 15

    tuer

    tuer ne fait il pas parti des apprentissages qui se font à l'armée..?
    apprendre à obéir aveuglément, apprendre à tirer sur une cible qui peut devenir un autre être humain... ? les rôles de l armée devrait sans doute être complètement revus et corrigés...