Nouveau-Brunswick - Les crabiers soumettent une nouvelle proposition

Shippagan, Nouveau-Brunswick — Les représentants des six associations de crabiers des Maritimes soumettent une nouvelle proposition à leurs membres afin de résoudre la crise qui paralyse toute l'industrie depuis le 3 mai.

L'un des porte-parole des crabiers traditionnels, Robert Haché, a confirmé hier qu'une rencontre était prévue entre les membres des associations de propriétaires crabiers de la Péninsule acadienne. D'autres rencontres du genre doivent avoir lieu en Gaspésie, à l'Île-du-Prince-Édouard et aux îles de la Madeleine afin de sonder l'opinion des pêcheurs qui, jusqu'à maintenant, ont refusé de prendre la mer en signe de protestation contre le plan de pêche dévoilé le 2 mai par le ministre des Pêches et des Océans, Robert Thibault.

La baisse du contingent de 22 000 à 17 000 tonnes métriques, mais surtout la décision du ministre d'accorder une part permanente à d'autres flottilles de pêcheurs sont au coeur du conflit.

Le boycottage des crabiers a suivi les émeutes du 3 mai où quatre bateaux, dont une usine de transformation des produits de la mer ainsi que son entrepôt, ont été incendiés. À ce jour, aucune accusation n'a encore été portée relativement à ces actes de vandalisme.

Après la première semaine du conflit, le ministre des Pêches offrait de hausser le contingent de 3000 tonnes en échange d'une entente de cogestion. M. Thibault voulait également créer deux forums pour assurer cette cogestion. Le refus des crabiers en milieu de semaine venait ainsi prolonger la crise.

Alors que les pêcheurs autochtones et les pêcheurs côtiers en appelaient aux gouvernements fédéral et provincial pour mettre un terme au boycottage vendredi, les crabiers tentent de leur côté de trouver une issue au conflit qui laisse sans travail des centaines d'hommes d'équipage et des milliers de travailleurs d'usine, et qui les prive d'une ressource fort lucrative.

À voir en vidéo