Benoît XVI proclame «vénérables» Jean-Paul II et Pie XII

Benoît XVI a aussi proclamé samedi dernier la béatification du père polonais Jerzy Popieluszko.
Photo: Agence Reuters Tony Gentile Benoît XVI a aussi proclamé samedi dernier la béatification du père polonais Jerzy Popieluszko.

Cité du Vatican — Benoît XVI a proclamé samedi «vénérables» deux de ses prédécesseurs, le très populaire Jean-Paul II et Pie XII, contesté pour son silence pendant la Shoah, suscitant des protestations des communautés juives de Berlin et de Rome.

Le pape a également approuvé par décret la béatification du père polonais Jerzy Popieluszko, assassiné par la police du régime communiste.

La signature du décret sur les «vertus héroïques» de Pie XII a été une surprise, mais a suscité peu de réactions immédiates, car elle est intervenue le jour sacré du shabbat, très suivi en Israël et par les juifs pratiquants.

À Berlin, Stephan Kramer, secrétaire général du Conseil central des juifs d'Allemagne, s'est dit «furieux» et «triste», estimant que Benoît XVI «réécrit l'histoire». La communauté juive de Rome a exprimé une position «critique», demandant l'accès aux archives vaticanes de l'époque et rappelant le départ en 1943 d'un train de déportés juifs vers Auschwitz «dans le silence de Pie XII».

À la fin des années 60, ce pape a été accusé d'avoir eu une attitude passive face à l'Holocauste, ce qui a ralenti son processus de béatification entamé en 1967, mais depuis qu'il est devenu pape en 2005, l'Allemand Joseph Ratzinger, adolescent sous le nazisme, a pris sa défense à plusieurs reprises.

En juin, le père Gumpel, «postulateur» (avocat à charge et décharge) du dossier de béatification de Pie XII, avait expliqué, peu après le voyage du pape en Terre sainte que ce dernier craignait en avançant dans le processus de compromettre les rapports entre l'Église catholique et les Juifs.

Benoît XVI, s'appuyant sur des témoignages et archives (encore secrètes) est convaincu que Pie XII a sauvé de nombreux Juifs en Europe, cachés dans des institutions religieuses, et qu'il se taisait pour ne pas aggraver leur sort.

Pour le pape Jean-Paul II, la Congrégation pour les causes des saints avait validé dès novembre «l'héroïcité des vertus» de Karol Wojtyla.

À voir en vidéo