Centre Jacques Cartier - À Montréal tous les trois ans !

Après un saut à Montréal, les Entretiens du Centre Jacques Cartier sont retournés cette année à leur terre natale, à Lyon. Toutefois, l'événement reviendra au Québec plus fréquemment, dorénavant. «Tous les quatre ans, c'était trop long. Pour garder l'intérêt bien vivant, nous serons désormais à Montréal tous les trois ans», indique Alain Bideau, délégué général de l'événement qui réunit chaque année près de 650 conférenciers provenant du Québec, de la France et du reste du monde.

Une modification apportée au calendrier de la tenue des Entretiens Jacques-Cartier permettra également aux nombreux participants des divers colloques d'être présents à Montréal dans des moments-charnières. «Nous avons été là pour le 400e de la ville de Québec l'an dernier, nous serons là en 2017 pour le 375e de Montréal et le 150e du Canada», affirme M. Bideau, qui précise que 2017 sera aussi l'année du 30e anniversaire des Entretiens.

D'ailleurs, le lieu où se déroule chaque colloque est toujours choisi avec attention par l'équipe du Centre Jacques Cartier et ses partenaires.

Par exemple, cette année, le colloque intitulé Les Villes laboratoires du design s'est tenu à la Cité du design, à Saint-Étienne, celui intitulé Les Patrimoines alimentaires et destinations touristiques s'est déroulé en région, à Charbonnières-les-Bains, celui intitulé Espaces de la danse a eu lieu au Studio du ballet, à l'Opéra de Lyon, alors que celui intitulé Les Polymères et oligomères s'est tenu à la Maison des micro et des nanotechnologies Minatec, à Grenoble.

Comme chaque année, donc, les Entretiens du Centre Jacques Cartier ont fait voyager les participants d'une région à une autre, mais aussi d'un sujet à un autre: santé, énergie, transport, culture, villes de savoir, démographie, etc.

«Notre immense réseau de partenaires, qui est maintenant rendu à 102, nous amène à trouver des thèmes diversifiés qui nous permettent de réunir de grands acteurs culturels, économiques, sociaux, scientifiques et politiques», explique M. Bideau.

De plus, cette année encore, les Entretiens du Centre Jacques Cartier ont réussi le véritable tour de force de réunir autour d'une même table plusieurs recteurs et directeurs de grandes écoles pour discuter de sujets comme l'internationalisation de la recherche et le phénomène des classements internationaux des universités.

Nouveaux partenaires, nouveaux thèmes

Parmi les plus récents partenaires à s'être joints au Centre Jacques Cartier, on retient, du côté québécois, l'Université Laval, l'Université McGill ainsi que Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Du côté rhône-alpin, on remarque Mérieux Alliance, Gaz électricité de Grenoble, la Compagnie nationale du Rhône et la Banque de Vizaille.

«Nous avons une croissance maîtrisée, c'est-à-dire que nous cherchons toujours des partenaires stratégiques. Et ça continue. En ce moment, par exemple, nous avons des discussions avec le Mouvement Desjardins parce que c'est une institution très importante au Québec. Nous regardons aussi du côté de SNC-Lavalin, puisque sa présence est forte en Rhône-Alpes. Nous souhaitons aussi sensibiliser l'Université de Moncton et l'Université de Sherbrooke», indique le délégué général.

Puisqu'ils arrivent avec leurs champs d'intérêt spécifiques, les partenaires réussissent à créer un certain renouveau au Centre Jacques Cartier. «Par exemple, l'Université Laval s'est jointe officiellement à nous dernièrement et nous travaillons maintenant avec elle à développer pour l'an prochain des colloques sur l'infectiologie et sur l'Arctique, deux thèmes qui sont très présents à l'Université Laval», souligne Alain Bideau.

Cette année, les Entretiens du Centre Jacques Cartier ont accueilli des conférenciers provenant de 32 pays et de 154 universités ou grandes écoles. Certains participants provenaient même de la Chine, du Laos, du Cambodge, du Vietnam et de l'Afrique. Et le volet international ne cesse de prendre de l'ampleur.

«Nous travaillons actuellement sur un projet de séminaire à Rio pour 2010 sur le thème Métropoles, inégalités et planification démocratique, grâce au soutien de l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF). Ce sera certainement une rencontre Nord-Sud très intéressante et, d'ailleurs, nous en profiterons pour organiser le colloque qui se tiendra en 2011, lors des Entretiens du Centre Jacques Cartier à Montréal, avec plusieurs participants latino-américains», affirme M. Bideau.

Changements dans la gouvernance

Bien qu'il travaille à la planification des Entretiens du Centre Jacques Cartier jusqu'en 2017, Alain Bideau délègue tout même de plus en plus de tâches liées à l'organisation de cet événement annuel.

Cette année, deux conseils d'orientation ont été mis sur pied — un français et un québécois — pour travailler à l'élaboration des grandes lignes du programme scientifique. Un comité exécutif, formé de quatre Québécois et de quatre Français, a aussi été créé.

De plus, Alain Bideau s'efforce toujours de mettre sur pied une fondation, de façon à dépersonnaliser la collecte de fonds et à entrer dans le réseau des grands donateurs. «En France, c'est très compliqué de mettre en place une fondation. Ça prend quelques années», explique l'infatigable travailleur qui prend toujours visiblement plaisir à mener de front mille et un projets.

«Je dis toujours que j'arrêterai lorsque la somme des emmerdements deviendra supérieure à la somme des plaisirs!», affirme le passionné, qu'on est susceptible de voir encore longtemps butiner d'un colloque à un autre pendant les Entretiens, puisqu'il admet, encore aujourd'hui, ne jamais prononcer le mot «retraite»!

***

Collaboratrice du Devoir

À voir en vidéo