Transports collectifs - Des voies réservées sur Pie-IX en 2013

La partie centrale du boulevard devra être complètement réaménagée.
Photo: MTQ La partie centrale du boulevard devra être complètement réaménagée.

Après des années de discussions laborieuses, la ministre des Transports du Québec, Julie Boulet, a finalement confirmé hier que deux voies réservées seront aménagées sur le très achalandé boulevard Pie-IX, dans l'est de Montréal. Mais le projet ne verra le jour qu'en 2013 et son coût final demeure encore inconnu.

Les autobus articulés circuleront au centre du boulevard sur des voies qui leur seront dédiées en permanence, 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. Ils rouleront dans le sens de la circulation, ce qui nécessitera le réaménagement complet de la partie centrale du boulevard et la construction d'édicules et d'espaces sécuritaires pour les usagers du service.

Le scénario présenté hier en conférence de presse par la ministre Boulet en présence du maire de Montréal, Gérald Tremblay, et son homologue de Laval, Gilles Vaillancourt, prévoit l'implantation de deux voies entre la rue Notre-Dame, au sud, et l'autoroute 440, à Laval, sur une distance de plus de dix kilomètres. Entre les rues Sherbrooke et Notre-Dame, les autobus rouleront toutefois en rive pour assurer une sécurité accrue aux passagers qui transiteront par la station de métro Pie-IX. Les autobus pourront profiter de feux prioritaires pour changer de voie sans péril. À long terme, la ministre entrevoit un potentiel d'achalandage de 70 000 passagers par jour, mais le projet entraînera la disparition d'une voie de circulation pour les voitures dans chaque direction.

Pour l'instant, Julie Boulet évalue à 154 millions de dollars les investissements qui seront nécessaires pour l'implantation des voies sur le territoire montréalais, mais il faudra y ajouter les coûts liés au segment à Laval. «Il faut utiliser ce chiffre avec beaucoup de précautions, car il s'agit d'un avant-projet préliminaire», a tenu à préciser la ministre.

Une voie réservée avait été aménagée au centre du boulevard en 1990, et les autobus circulaient à contresens de la circulation aux heures de pointe. Le service a été interrompu en 2002 après la mort de quatre piétons. Si les négociations ont été si ardues, c'est que l'Agence métropolitaine de transport (AMT) souhaitait l'implantation des voies réservées en bordure du boulevard, alors que la Ville de Montréal préconisait leur aménagement au centre de l'artère même si ce scénario coûte trois fois plus cher. S'étant visiblement rallié à la position de la Ville, le p.d.-g. de l'AMT, Joël Gauthier, a indiqué hier que le concept retenu permettra des gains de temps appréciables. Ainsi, il ne faudra que 20 minutes aux usagers du service d'autobus pour parcourir la distance entre la rue Notre-Dame et le boulevard Henri-Bourassa.

Montréal et l'AMT examinent aussi la possibilité d'implanter un circuit de tramway dans cet axe dans un avenir plus lointain et collaborent avec Hydro-Québec pour déterminer la faisabilité d'une électrification des voies.

Attendue depuis des années, l'annonce d'hier a été saluée par la chef de l'opposition, Louise Harel, et par le Conseil régional de l'environnement (CRE) de Montréal.

À voir en vidéo