Ribbentrop a travaillé sur le pont de Québec!

Un des principaux événements de 1939, survenu le 23 août, est le pacte Ribbentrop-Molotov de non-agression, grâce auquel les deux ogres totalitaires se partageront la Pologne. Joachim von Ribbentrop occupe le poste de ministre des Affaires étrangères d'Hitler.

Or, bien avant d'être ministre, en 1912, Ribbentrop a travaillé à la construction du pont de Québec comme manoeuvre «affecté aux différentes tâches». C'est ce que Michel L'Hébreux raconte dans Le Pont de Québec (Septentrion, 2001). Ribbentrop était venu à Montréal au début des années 1910, invité par la famille Hamilton-Ewings. Il s'était épris de l'une des filles de cette grande famille, mais les parents de cette dernière s'étaient opposés au mariage. À Montréal, jusqu'en 1913, il a pour adresse le 103, rue Stanley. Il déniche un emploi «à la Banque Molson de Montréal, grâce à l'influence des Hamilton-Ewings», écrit L'Hébreux. Ribbentrop s'installe ensuite à Ottawa, devient importateur de vins et de spiritueux, fréquente Rideau Hall, se distingue comme athlète et devient même membre de l'équipe canadienne de patinage. En 1914, la Première Guerre le ramène en Allemagne, où il s'enrôle. En 1917, il est distributeur exclusif du scotch Johnny Walker et du champagne Pommery. Fasciné par Hiltler, il s'inscrit au Parti nazi et réussit, en faisant preuve de radicalisme, à se faire remarquer du chef, qui le nomme ambassadeur à Londres en 1937, puis, l'année suivante, ministre des Affaires étrangères. Hitler «le considère comme une sorte de secrétaire et à son insu, l'appelle son "petit vendeur de champagne"», écrit L'Hébreux. Ribbentrop sera jugé et pendu à Nuremberg en 1946.
1 commentaire
  • Nadine Saint-Amour - Abonné 10 novembre 2009 18 h 40

    Ribbentrop...

    Le Ribbentrop en question...