Québec porte assistance aux sinistrés de Mont-Laurier

Le gouvernement du Québec assumera les dépenses qu'auront entraînées les opérations de redressement qui sont en cours à Mont-Laurier, dans les Laurentides, depuis qu'une tornade de puissance F2 a semé la désolation, mardi après-midi. Mais c'est la municipalité qui dirigera elle-même les opérations avec l'assistance de nombreux intervenants, dont Hydro-Québec et la Sécurité civile.

Le maire Michel Adrien a assuré, dans un point de presse tenu en fin de journée hier, que son équipe avait pris le taureau par les cornes dans les instants qui ont suivi le passage de la tornade. «Le plus grand défi, c'était certes de prêter assistance à toutes les personnes qui étaient touchées et qui en avaient besoin, a dit M. Adrien. Je pense qu'à cet égard, le déploiement s'est fait très rapidement. Et je ne crois pas que notre population ait eu à souffrir d'un manque d'assistance.»

Le ministre responsable de la région, David Whissell, a expliqué que toutes les dépenses extraordinaires liées à la tornade seraient prises en charge par Québec. «Il y aura un règlement qui sera signé par le gouvernement pour donner toute l'assistance financière aux opérations qui ont déjà eu lieu ou qui sont à venir et, bien entendu, qui sont conformes aux programmes et règles usuels en pareilles circonstances», a-t-il indiqué.

M. Whissell a précisé que le ministère de la Sécurité publique était en contact avec la municipalité et que le décret était en cours de préparation.

Tout juste après leur rencontre avec les médias, MM. Adrien et Whissell ont participé à une réunion d'information avec les sinistrés.

Grand ménage

Vingt et une résidences sont maintenant inhabitables à Mont-Laurier, et des dizaines d'autres bâtiments ont été endommagés à divers degrés. Des toits ont été arrachés, des arbres ont été déracinés et des véhicules ont été renversés. Les lignes de transport d'électricité et celles de téléphone ont également été affectées.

Mais les résidants ne perdaient pas leur temps à s'apitoyer sur leur sort hier: ils ont plutôt commencé à faire le ménage. Partout dans la zone ravagée, on pouvait voir les citoyens ramasser divers débris et s'aider mutuellement. Le ministre Whissell s'est d'ailleurs montré fort impressionné par cette démonstration de solidarité.

«Lorsqu'on fait le tour des quartiers, on voit des centaines de personnes qui travaillent à dégager, nettoyer, a-t-il fait valoir. Et je pense que la solidarité qu'on peut reconnaître aux Québécois — on l'a vue dans d'autres événements au Québec, lors du déluge du Saguenay, par exemple —, vous la vivez également.»

On n'a heureusement eu à déplorer ni morts ni blessés graves à cause de la tornade.

Environnement Canada a confirmé hier qu'une tornade de puissance F2 sur l'échelle de Fujita était passée par Mont-Laurier mardi, vers 14h45, avec ses vents atteignant 250 km/h. La force F2 confirme que le phénomène a été important puisque, sur cette échelle, la gradation va de 0 à 5.

La tornade de Mont-Laurier était la sixième confirmée au Québec en 2009. La dernière tornade de force F2 à avoir été relevée au Québec avait déferlé à Lac-Drolet, en Estrie, le 1er août 2006.

Par ailleurs, le Bureau d'assurance du Canada (BAC) rappelle que les tornades sont prévues de façon standard dans les contrats d'assurance-habitation.

Le directeur des affaires publiques du BAC, Jack Chadirdjian, souligne qu'à l'exception des inondations, la plupart des catastrophes naturelles sont couvertes par les police d'assurance-habitation.

Toutefois, les aménagements paysagers, les piscines et les cabanons ne sont habituellement pas inclus. Ils ne le sont que si une protection supplémentaire a été contractée par avenant.