Au 333, Sherbrooke Est - Sur le toit se trouvent trois terrasses

Le 333 est un projet de condominiums de luxe conçu pour une clientèle qui souhaite vivre dans un emplacement stratégique, à la frontière entre le Plateau et le centre-ville, à deux pas des cafés et des restos de la rue Saint-Denis.
Photo: Jacques Grenier Le 333 est un projet de condominiums de luxe conçu pour une clientèle qui souhaite vivre dans un emplacement stratégique, à la frontière entre le Plateau et le centre-ville, à deux pas des cafés et des restos de la rue Saint-Denis.

Rue Sherbrooke, tout juste à l'ouest de la rue Saint-Denis, se cache l'un des joyaux de Montréal: le complexe d'habitation dit du 333 (Sherbrooke Est). Bien qu'il soit à la vue de tous, ce complexe — qui se veut l'un des projets de condominiums les plus luxueux du centre-ville — abrite, derrière ses deux tours de 10 étages, ce qui sera sous peu une magnifique place intérieure bordée de coquettes maisons de ville.

«Pour nous, le 333, c'est l'un des fleurons de la rue Sherbrooke, une rue connue à travers le monde», lance fièrement Richard Lauzon, vice-président des ventes et du marketing du 333. En tant que Montréalais, on ignore souvent que cette rue est l'une de nos artères de prestige mondialement connues, comme la 5e Avenue à New York.

«On dirait que tout ce qui se construit dans la rue Sherbrooke devient historique et vieillit bien, poursuit M. Lauzon. C'est une rue de patrimoine où on ne peut pas faire n'importe quoi. Nous sommes donc fiers d'y avoir construit un complexe immobilier de très haute qualité.»

Une habitation à l'européenne

Le 333 représente un investissement de 125 millions de dollars pour la société Homburg Invest inc., en partenariat avec SNS Bank de Hollande et Telemedia Ventures de Philippe de Gaspé Beaubien. Sur un terrain de cent mille pieds carrés (9000 m2), la tour est compte 83 condominiums alors que la tour ouest en compte 67. Derrière ces deux tours se trouve une grande place encerclée par 36 résidences de quartier.

Une fois achevé, d'ici le mois d'août, le 333 se destine à être une référence dans le marché du condominium de luxe au centre-ville, estime le promoteur. «Il n'y a pas grand monde qui construit avec la qualité que nous avons ici», précise-t-il.

Qui plus est, l'emplacement est unique puisque, comme il n'y a pas de haut bâtiment autour, la majorité des résidants bénéficient de belles vues à partir de presque tous les étages. Le 333 a incidemment le privilège d'être juché au sommet d'une côte, juste en face du Mont Saint-Louis, ce qui lui donne une vue plongeante sur le bas de la ville avec, sur sa droite, une spectaculaire vue des gratte-ciel du centre-ville.

«Pas besoin d'être au 16e ou au 20e pour avoir une belle vue», fait remarquer M. Lauzon. En fait, le 333 se distingue justement par son nombre réduit d'étages, les concepteurs ayant voulu créer une habitation de style européen, avec un nombre réduit d'étages construits autour d'une place intérieure. «Nous avons voulu constituer une petite communauté destinée, entre autres, à une clientèle de gens venus de l'Europe et habituée à ne pas vivre en hauteur, mais plutôt autour d'une cour intérieure.»

C'est pourquoi la place centrale — qui sera bientôt baptisée — est bordée de maisonnettes de quatre étages seulement. Chacune comporte environ huit unités d'habitation (dont certaines sur deux étages), avec un ascenseur privé donnant directement accès à l'appartement. De plus, les résidants du quatrième étage ont accès à la toiture, sur laquelle se trouvent la chambre principale ainsi qu'une terrasse extérieure de 400 pi2.

Tous différents!

Le 333 est un projet de condominiums de luxe conçu pour une clientèle qui souhaite vivre dans un emplacement stratégique, à la frontière entre le Plateau et le centre-ville, à deux pas des cafés et des restos de la rue Saint-Denis.

L'une de ses caractéristiques est d'offrir deux cents unités de logement pratiquement toutes différentes. «Voilà qui rend le projet vraiment intéressant, autant pour les résidants que pour les investisseurs, souligne M. Lauzon, puisque presque chaque appartement est unique.» Ces condominiums se vendent entre 300 000 et 3 000 000 $. «S'il y a des unités très luxueuses, rapporte M. Lauzon, il y en a aussi beaucoup qui sont très abordables.»

«S'il est vrai que ce que nous proposons, c'est du haut de gamme, ce n'est pas pour autant inabordable, insiste-t-il, puisqu'il y a beaucoup de nos condos qui se situent dans les 300 000, 400 000 ou 500 000 $.» Les ventes vont d'ailleurs bon train puisque, déjà, toutes les unités d'habitation de la phase 1 sont vendues, ainsi que 60 % de la phase 2, dont la construction prendra fin d'ici les vacances de la construction.

La piscine suspendue de Montréal

Et si jadis Babylone a eu ses jardins suspendus, voilà que, ce printemps, Montréal possède sa piscine suspendue!

En effet, en longeant les tours bordant la rue Sherbrooke, vous remarquerez, en levant les yeux haut dans le ciel, que celles-ci sont reliées à leur sommet par une passerelle. Or c'est sur celle-ci qu'a été installée la piscine extérieure.

De la sorte, elle offre une vue plongeante sur les alentours, notamment sur le centre-ville (imaginez... si le fond de la piscine avait été en verre!). «Sur le toit se trouvent trois terrasses avec tables à bistro, auvents, barbecue... presque comme à l'hôtel, ajoute Richard Lauzon. Et tous les résidants y ont accès, qu'ils vivent dans l'une des maisons de quartier ou dans les tours.»

Soulignons enfin que Richard Homburg, l'investisseur à l'origine du 333, rapportait récemment que, selon lui, le secteur immobilier montréalais demeure sous-évalué par rapport aux autres villes du Canada et ailleurs dans le monde. «Montréal est stratégiquement situé au carrefour du commerce européen et nord-américain, déclarait-il. La ville possède toutes les qualités d'un marché immobilier de premier plan: une population nombreuse et éduquée, ainsi qu'une solide infrastructure de transport, une économie croissante soutenue par une saine activité dans plusieurs secteurs-clés tels que l'aérospatiale, les sciences de la vie et les technologies de l'information.»

***

Collaborateur du Devoir