Construction - Beaucoup d'argent comptant circule sur les chantiers

Québec — La Commission de la construction du Québec (CCQ) a constaté depuis 2005 que «beaucoup d'argent cash» de «sources illicites» circulait sur les chantiers.

C'est ce qu'a confié cette semaine au Devoir André Martin, conseiller en relations publiques de l'organisme chargé d'appliquer les lois sur la construction (la loi R20). La CCQ émet les cartes de compétence et a des pouvoirs d'enquête puisqu'elle lutte contre le travail au noir, entre autres. Au dire de M. Martin, depuis 2005, elle a signalé «plus souvent qu'à l'habitude» des irrégularités aux autorités policières. «On ne peut pas dire qu'on savait qu'il y avait du blanchiment. Mais on a constaté qu'il y a beaucoup d'argent "cash" qui transite dans certains milieux pour payer des gens au noir. On a fait état qu'il y a de l'argent qui provient de sources illicites», a expliqué M. Martin tout en refusant de donner plus de détails.

La CCQ tiendra un point de presse après les vacances de Pâques pour «prendre sa place dans le brouhaha» autour de la construction, a expliqué M. Martin. Elle répondra aussi dans les prochains jours à la demande de David Whissel, ministre du Travail, qui, dans une lettre, a réclamé d'elle mardi qu'elle dresse «promptement» un «plan des actions concrètes» pour la période de maraudage qui s'en vient.

M. Martin soutient que cette dernière risque d'être plus agitée qu'à l'ordinaire: «On se prépare à ce que plus de gens aillent voter par rapport aux années antérieures. On aura des services d'ordre au cas où.»

Construction: moins cher au Québec?

Par ailleurs, il est faux de dire que les coûts de construction sont plus élevés au Québec qu'en Ontario, a soutenu M. Martin.

«Un chroniqueur écrit que ça coûte 10 % plus cher ici. On ne sait pas d'où ce chiffre vient. On entend une madame d'un parti politique qui dit que ça coûte 26 % de plus. Personne ne lui demande l'étude», s'est plaint au Devoir M. Martin.

Une étude de la CCQ de mars 2006 concluait que les coûts de construction seraient «moins élevés à Montréal qu'à Toronto [-7 %], Ottawa [-5 %], Calgary [-3 %] ou Vancouver [-5 %], que ce soit pour construire un magasin de détail, un immeuble d'appartements en hauteur ou une manufacture».

Intitulée Étude comparative des régimes de relations du travail dans la construction au Canada, elle a été effectuée par l'économiste principal de la CCQ, Louis Delagrave. Elle ne se penchait cependant pas sur le secteur routier. L'économiste a comparé le coût de construction d'une quarantaine de magasins bâtis entre 2000 et 2004 au Québec et en Ontario par deux chaînes: Home Depot (HD) et Walmart (WM). Conclusion: le prix au pied carré d'un HD est en moyenne de 17 % moins élevé au Québec. Un WM est de 27 % moins cher ici.

Hier, la CCQ a transmis au Devoir une mise à jour de son étude. Se basant sur l'Enquête sur la population active de Statistique Canada, elle fait remarquer que les salaires de la construction sont ici «inférieurs de 3 % à la moyenne canadienne en 2008 et de 4 % inférieurs à l'Ontario, malgré un taux de syndicalisation plus élevé au Québec». Autre source, l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail, même tendance: «Les salaires québécois seraient inférieurs de 7 % à la moyenne canadienne et également de 7 % à l'Ontario.»

Réclamant une enquête publique sur la construction en chambre mardi, la chef intérimaire de l'Action démocratique, Sylvie Roy, affirmait: «Ça coûte beaucoup plus cher de construire au Québec, 26 %.» Elle laissait entendre que ce surcroît serait lié à des pratiques malsaines. Vérifications faites auprès de l'ADQ, Mme Roy se référait à une étude de l'Institut économique de Montréal effectuée par Claude Garcia. Dans son enquête toutefois, ce dernier discute du coût de la construction d'une centrale par Hydro-Québec et affirme que celui-ci «dépasse de 26 %, en moyenne, le budget annoncé pour chaque projet».

À voir en vidéo