Entente de principe entre Montréal et ses policiers

Les moyens de pression des policiers cesseront dès aujourd'hui à Montréal. En effet, la Fraternité des policiers et la Ville de Montréal ont conclu une entente de principe après une séance de pourparlers intense.

Les policiers, dont la convention collective est échue depuis 2006, devraient donc avoir un nouveau contrat de travail sous peu. «Des détails restent à fignoler. On ne veut pas crier victoire tout de suite, mais nous sommes sur la bonne voie», a confié l'attaché de presse au cabinet du maire Tremblay, Bernard Larin, au Devoir en soirée hier. L'aspect salarial sera entendu et décidé par l'arbitre d'ici au 31 décembre, a affirmé la Fraternité des policiers par communiqué hier soir.

Les moyens de pression seront donc suspendus dès aujourd'hui et pour la durée de la convention collective qui viendra à échéanche dans moins de deux ans, en décembre 2010.

Les policiers arborent le pantalon de camouflage et le jean depuis plusieurs mois à Montréal, à l'instar de leurs collègues de Québec et de Gatineau. Le mois dernier, la Ville avait échoué dans sa tentative de leur faire faire une croix sur ce moyen de pression lors de la manifestation contre la brutalité policière. Le Conseil des services essentiel avait décrété l'habillement légal.

L'entente de principe devrait éviter aux policiers de subir le même sort que les pompiers, qui se sont vu imposer une convention collective à la fin mars, plus de trois ans après l'échéance de leur contrat de travail.

À voir en vidéo