Émergence accorde à Dany Turcotte le prix Lutte contre l'homophobie

L'humour et la simplicité avec lesquels Dany Turcotte aborde son homosexualité ont séduit à l'unanimité le conseil d'administration de la Fondation Émergence, qui lui remettra le 11 mai prochain le prix Lutte contre l'homophobie, une semaine avant la Journée internationale contre l'homophobie.

Le fou du roi de Tout le monde en parle et animateur de La Petite Séduction a appris la nouvelle avec surprise malgré un accueil du public indéfectible depuis cinq ans. «Dans les villages [pour La Petite Séduction], j'avais constaté l'ampleur de la réaction du public à mon discours, parce que les gens viennent m'en parler et même me prendre dans leurs bras», a-t-il raconté au Devoir hier à l'annonce de sa nomination.

Le fou du roi avait fait son coming-out médiatique la semaine suivant l'entrevue avec André Boisclair. «Toute l'équipe m'avait appuyé», se souvient-il. L'homme aborde la question avec simplicité, se décrivant comme «un homosexuel de 44 ans qui fait dans l'autodérision». «Je fais référence à mon homosexualité comme Guy [A. Lepage] fait référence à son hétérosexualité», ajoute-t-il.

C'est justement cette manière de dédramatiser qui a touché le président de la Fondation Émergence Laurent McCutcheon. «À Tout le monde en parle, Dany rejoint un public de tous âges à qui il dit que ce n'est pas un drame d'être homosexuel. Le message passe avec humour. Il tient un discours positif qui tient lieu de véritable message d'espoir. En l'écoutant, les parents sont rassurés sur l'avenir de leur enfant homosexuel.»

Dany Turcotte soutient qu'il poursuivra dans la même veine, «l'honnêteté». « Je ne deviendrai pas le Che Guevara des gais», spécifie-t-il. Il songe même à partager sa distinction avec M. McCutcheon, «un combattant de la première heure que j'admire énormément».

Il succède à Janette Bertrand, à l'abbé Gravel et à Pierre Elliott Trudeau (à titre posthume), pour ne nommer que ceux-là.

À voir en vidéo