En bref - Hippodromes: la juge Corriveau toujours en selle

La juge Chantal Corriveau a décidé hier de ne pas se récuser dans le dossier controversé d'Attractions hippiques, qui est sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers et les compagnies depuis juin dernier.

Les hommes de chevaux ont soulevé la question en cour alors qu'après huit mois de procédures, ils apprenaient que le conjoint de la juge, David Collier, est associé au sein du cabinet d'avocats Ogilvy Renault représentant les créanciers hypothécaires d'Attractions hippiques. La juge Corriveau a rejeté la requête en récusation en arguant entre autres que les créanciers ne sont pas partie au litige et qu'ils sont exclus du recours. De plus, elle soutient que son conjoint ne travaille pas sur cette cause et que tous deux «ne peuvent retirer d'intérêt financier de ce litige». Le dossier devrait maintenant poursuivre son cours devant la juge Corriveau dès la semaine prochaine.

À voir en vidéo