En bref - Liberté surveillée

Ottawa — Le Canadien Hassan Diab, l'auteur présumé d'un attentat ayant fait quatre morts en 1980 à Paris a été remis en liberté sous de sévères conditions, hier, par la Cour supérieure de l'Ontario, à Ottawa.

Le juge Robert Maranger a décidé que Diab pourrait recouvrer sa liberté sous conditions en attendant la tenue d'une audience qui servira à déterminer s'il doit être extradé vers la France pour faire face à des accusations relatives à l'attentat contre une synagogue. M. Maranger a toutefois imposé à Diab des conditions très rigoureuses, notamment celles de porter un bracelet électronique et de se soumettre à un couvre-feu. En outre, l'homme de 55 ans ne pourra quitter son domicile que pour se rendre au tribunal, au travail ou au bureau de son avocat, ou pour recevoir un traitement médical; il devra alors être accompagné de l'une des cinq personnes qui ont garanti sa bonne conduite, dont sa femme. Ces personnes ont d'ailleurs payé une caution totalisant 290 000 $. Diab devrait être remis en liberté jeudi. La décision sur la demande d'extradition ne devrait pas être prise avant plusieurs mois.

À voir en vidéo