Les frères Antonopoulos ont adopté le «Vieux»

Le petit restaurant de la rue Saint-Paul est devenu grand! Au cours des ans, les frères Antonopoulos pnt accumulé les prix. Et ouverts en succession hôtels et retaurants. Portrait d'une réussite.

Les frères Antoine et Constantin Antonopoulos sont arrivés au Québec il y a une trentaine d'années. Ils sont partis d'un petit casse-croûte à l'angle des rues Saint-Paul et Saint-Gabriel pour être aujourd'hui à la tête d'une vaste entreprise familiale qui possède des hôtels et des restaurants dans le Vieux-Montréal. La famille Antonopoulos a fortement participé au développement touristique du Vieux-Montréal en investissant dans la restauration et l'hôtellerie. Ils sont actuellement propriétaires, entre autres, de l'Auberge du Vieux-Port, de l'hôtel Place d'armes, de l'hôtel Nelligan et du restaurant gastronomique Les Remparts.

«Quand mon oncle et mon père sont arrivés au Québec, ils ont ouvert un petit restaurant et un atelier de travail. Les deux travaillaient aux deux endroits en même temps. Ils ont décidé de vendre l'atelier et de conserver uniquement le restaurant, qui rapportait plus», explique le fils de Constantin Antonopoulos et président de l'hôtel Nelligan, Dimitri Antonopoulos.

Le restaurant Le Coin des frères Antonopoulos ouvre ses portes en 1973 et sert des hamburgers et des fameux «smoke meat», principalement aux employés du port. Lors des Jeux olympiques de 1976, le Vieux-Montréal devient plus achalandé, attirant davantage de clients au petit casse-croûte, qui peut recevoir une cinquantaine de personnes à la fois.

En 1983, le restaurant Le Coin s'agrandit et change de nom. Le petit casse-croûte des frères Antonopoulos devient le Restaurant du Vieux-Port, pouvant accueillir 750 convives. Aujourd'hui, le Restaurant du Vieux-Port reçoit la visite de 250 000 touristes annuellement, en plus de la clientèle locale.

Les frères Antonopoulos ouvrent ensuite en 1988 à Brossard le restaurant Bailey's Deli et bar, qui est par la suite devenu le restaurant Steak et Cie. En 1994, le restaurant Galiano's voit le jour à Montréal dans l'édifice historique où logeait jadis le Vieux-Saint-Vincent, à l'angle des rues Saint-Vincent et Saint-Aimable.

Le Vieux-Montréal: un investissement éclairé

La famille Antonopoulos se démarque dans la communauté des affaires en concentrant ses activités dans le Vieux-Montréal. Antoine et Constantin Antonopoulos ont été parmi les premiers à croire au potentiel touristique de la cité historique. «Quand mon père et mon oncle ont commencé en affaires, ils croyaient vraiment que le Vieux-Montréal aller gagner en popularité et revenir à ses gloires du passé», souligne Dimitri Antonopoulos.

Avec la réussite de leurs premiers restaurants, les frères Antonopoulos ont le vent dans les voiles et décident d'investir en 1996 deux millions de dollars dans la rénovation et l'aménagement de l'édifice historique Hector-Lamontagne, sur la rue de la Commune, pour l'ouverture de l'Auberge du Vieux-Port et du restaurant Les Remparts. Une année après son ouverture, l'Auberge du Vieux-Port reçoit dans le cadre du concours Design Montréal un prix spécial pour la qualité de son aménagement.

Les frères Antonopoulos vont par la suite marier restauration et musique jazz. Le Modavie Restaurant Wine Bar, à l'angle des rues Saint-Laurent et Saint-Paul, offre aux Montréalais depuis 1997 une expérience gastronomique nord-américaine dans une ambiance jazzée. La formule connaît un franc succès et le restaurant est devenu un rendez-vous pour les amoureux du jazz.

Antoine et Constantin Antonopoulos reçoivent en 2000, dans le cadre des Grands Prix du tourisme québécois, le prix spécial Développement pour l'ensemble de leurs réalisations. La même année, ils ouvrent le premier hôtel-boutique dans le Vieux-Montréal, l'hôtel Place d'Armes, à l'angle de la rue Saint-Jacques et de la côte de la Place d'Armes. Le concept est novateur et permet aux clients d'acheter tout ce qui se trouve dans la chambre d'hôtel, allant des meubles à la literie. Les hommes d'affaires ont investi plus de six millions de dollars pour la rénovation et l'aménagement de cet édifice érigé en 1870 et classé monument historique en 1975.

Le dernier investissement de la famille Antonopoulos est l'hôtel-boutique Nelligan, qui a ouvert ses portes en juin 2002. Moins d'une année après son ouverture, l'hôtel est déjà finaliste pour les Grands Prix du tourisme québécois 2003.

L'entreprise familiale des frères Antonopoulos emploie aujourd'hui 340 personnes, dont neuf membres de la famille, dans l'un ou l'autre de ses établissements. «J'aime beaucoup travailler avec ma famille parce que ça nous donne la chance de passer plus de temps ensemble. Il faut toutefois faire attention pour ne pas mélanger les affaires et la vie familiale», admet Dimitri Antonopoulos. La famille a plusieurs projets en tête pour les années à venir — toujours dans le Vieux-Montréal — dont l'agrandissement de l'hôtel Place d'Armes.