Excommunication - Deux autres évêques condamnent leur confrère brésilien

Un manque flagrant de compassion. Voilà comment le cardinal Jean-Claude Turcotte et l'évêque de Trois-Rivières et président de l'Assemblée des évêques du Québec, Martin Veillette, interprètent la décision de l'un de leur confrère brésilien d'excommunier les médecins et la mère d'une fillette de 9 ans qui s'est faite avorter après avoir été violée par son beau-père.

À l'instar de plusieurs hauts prélats du Vatican et membres du clergé de partout dans le monde, les deux hommes ont fait savoir à leur tour qu'ils jugeaient inadmissible la décision prise par l'archevêque José Cardoso Sobrinho. «C'est triste. Je comprends mal qu'un évêque puisse manquer de compassion à ce point», a dit Mgr Turcotte.

Faisant allusion à l'appui qu'a obtenu cette excommunication par le préfet de la Congrégation pour les évêques à Rome, le cardinal a rappelé que le Vatican n'était pas infaillible et qu'il pouvait commettre des erreurs. «Mais je vous avoue être un peu surpris par les bévues comme celles du Brésil. Je suis surpris que des erreurs comme celles-là puissent avoir lieu», a-t-il déclaré.

Dans une missive publiée sur le site Internet de l'Assemblée des évêques, Mgr Veillette a qualifié le cas de «tragédie sans nom». «Nous portons ce drame comme une autre manifestation du mystère du mal en ce monde et nous supplions le Seigneur de toute compassion, dans la prière, pour que cette enfant puisse être entourée de tout l'amour et de tous les soins possibles», a-t-il écri.

Mgr Veillette a toutefois tenu à rappeler que l'avortement «est aussi une tragédie et, sur le plan moral, c'est une faute très grave». Des propos qui ont trouvé écho chez l'archevêque de Montréal, dont la position pro-vie est bien connue. L'automne dernier, le cardinal Turcotte avait, dans un geste d'éclat, renoncé à sa propre distinction d'officier de l'Ordre du Canada pour protester contre la nomination de Henri Morgentaler, grand défenseur de l'avortement, au sein du même ordre. «Je suis contre l'avortement direct», a-t-il insisté. «Je ne suis pas médecin, mais je crois qu'il y a un danger pour la santé d'une petite fille de 9 ans qui attend deux enfants. J'ai beaucoup de sympathie pour les médecins et les parents de cette enfant-là», a conclu le cardinal.

À voir en vidéo