Présumés trafiquants de drogue libérés faute de témoin crédible

Une enquête majeure de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) sur quatre présumés trafiquants de drogue d'envergure s'est terminée en queue de poisson hier. La Couronne a retiré les accusations portées contre eux en raison de la piètre crédibilité de son principal témoin à charge, un délateur d'origine colombienne.

Firmino Tavares, 52 ans, Miguel Torres, 37 ans, Gerardo Hurtado, 46 ans, et Giovanni Somma, 40 ans, avaient été arrêtés en juin 2008, sous des accusations de gangstérisme, de complot pour importation et de complot pour trafic de cocaïne à la tonne.

De 1996 à 2004, ils auraient importé au Canada 60 tonnes de cocaïne en provenance de Colombie qui transitaient par le Mexique et les États-Unis par la voie terrestre. Tavares, un Portugais d'origine, avait déjà été arrêté en Espagne, en 1997, dans une affaire de blanchiment d'argent de 120 millions de dollars. Il avait purgé une année de sa peine de cinq ans de prison. De son côté, Torres est connu pour travailler dans l'ombre de Nicolo Rizzuto (le fils de Vito Rizzuto). Son nom a été mentionné dans l'opération Colisée, qui a décimé la mafia montréalaise.

La Couronne fédérale a retiré les accusations portées contre les quatre hommes, sans aucune justification. Tout indique que le principal témoin dans cette affaire, le délateur Mauricio Jaramillo Correa, n'avait aucune crédibilité. Correa, qui purge une longue peine de prison aux États-Unis, avait été recruté par l'agence antidrogue américaine, la DEA, après son extradition en 2005.

Le juge Jean-Pierre Bonin a donc libéré sur-le-champ Tavares et Torres. Les deux autres, Hurtado et Somma, purgent déjà des peines pour d'autres infractions. Tavares s'est dit «très, très soulagé» à sa sortie du tribunal.

La Couronne dispose d'un an pour porter de nouvelles accusations contre les quatre hommes si elle le désire.

À voir en vidéo