L'hôpital Hôtel-Dieu de Saint-Jérôme est secoué par un drame familial

Les premiers indices laissent croire que le cardiologue qui aurait assassiné ses deux enfants, samedi à Piedmont, éprouvait des problèmes conjugaux avec son ex-conjointe, médecin comme lui à l'hôpital de Saint-Jérôme.

L'homme, dont l'identité n'a toujours pas été révélée par les forces policières, devrait selon toute vraisemblance être prochainement accusé de double meurtre. Il aurait agi par vengeance, mais cette hypothèse n'a pas encore été confirmée par la police.

La tristesse se mêlait à la stupéfaction générale hier au sein du personnel de l'hôpital Hôtel-Dieu de Saint-Jérôme secoué par le drame familial impliquant deux de ses médecins. «Ce tragique événement secoue la communauté médicale. Tout le personnel du CSSS de Saint-Jérôme, les collègues des deux médecins sont atterrés par cette nouvelle troublante», a indiqué hier le directeur général du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Saint-Jérôme, François Therrien. Rien ne laissait présager selon lui qu'un de ses six cardiologues serait aujourd'hui soupçonné du meurtre de ses deux enfants âgés de trois et cinq ans. Il a expliqué que le cardiologue de 36 ans était au travail vendredi et que son travail et son attitude ne laissaient pas paraître ses funestes intentions. «Évidemment, personne n'avait [rien] vu venir. Il était au travail encore vendredi ici, et rien ne laissait soupçonner un tel événement», a-t-il lancé.

«J'ai eu beaucoup d'appels à la maison. On est choqués, on est attristés. On se demande comment cela a pu arriver», a pour sa part affirmé le maire de Piedmont, Clément Cardin.

Intoxiqué par des médicaments, le père des deux enfants a été transporté par ambulance à l'urgence de l'Hôtel-Dieu de Saint-Jérôme, où exerce son ex-conjointe. Bouleversés par la situation, les médecins présents ont rapidement pris la décision de transférer leur collègue de 36 ans à l'hôpital du Sacré-Coeur de Montréal, où il reposait hier dans un état stable et où ses faits et gestes étaient épiés par des agents. Les enquêteurs de la Sûreté du Québec (SQ) n'avaient pas encore été en mesure de l'interroger. Ils le feront dès que son état de santé le permettra, promettent-ils.

Des autopsies et des examens toxicologiques seront pratiqués «fort possiblement [aujourd'hui]» sur les corps de la fillette de trois ans et du garçon de cinq ans découverts samedi après-midi par des agents de la Régie intermunicipale de police de la Rivière-du-Nord dans la résidence du cardiologue.

Alors que les enquêteurs des crimes contre la personne de la SQ analysaient la scène du drame, la mère, qui était absente au moment des événements, a été retrouvée samedi soir dans Charlevoix.

Les deux médecins travaillaient au CSSS de Saint-Jérôme depuis 2003, a précisé François Therrien. Il a assuré que leurs collègues, tout comme la mère des victimes, bénéficient de tout le soutien psychologique qu'ils requièrent.

***

Avec La Presse canadienne

À voir en vidéo