Gare aux fraudeurs ! - L'AMF met en garde les travailleurs licenciés

Depuis l'annonce de Rio Tinto, en janvier dernier, de la fermeture prochaine de son usine d'électrolyse de Beauharnois, l'Autorité des marchés financiers (AMF) a noté l'apparition dans le journal local d'une annonce qui l'incite à adresser une mise en garde aux 225 travailleurs qui seront mis à pied: prenez garde aux fraudeurs.

«Avec la situation économique difficile et les pertes d'emploi nombreuses, les fraudeurs profitent de ce moment pour faire des offres à des gens qui auraient besoin d'argent», avance Anne-Marie Poitras, surintendante de l'assistance à la clientèle de l'AMF.

Selon elle, les fraudeurs se présentent généralement ainsi: «Vous avez besoin d'argent à court terme? Si vous avez un fonds de retraite et/ou un régime enregistré d'épargne-retraite [REER], on va vous aider à faire une transaction rapide.»

«On incite les gens à sortir l'argent de leur REER en leur promettant de leur remettre 50 % comptant et d'investir le reste dans diverses compagnies susceptibles de leur rapporter des rendements supérieurs à ceux qu'ils touchent présentement. Tout ça sans impact fiscal», ajoute Mme Poitras.

Ce n'est pas le fait de retirer son argent d'un REER, une décision personnelle, qui incite l'AMF à inviter à la prudence. C'est de voir que cet argent est parfois investi dans des produits frauduleux, des produits qui n'existent pas, dans des compagnies privées où les gens manipulent le titre. «C'est là que le consommateur se fait avoir», dit la porte-parole de l'AMF.

Elle attire l'attention sur une autre affirmation qui mérite la plus grande circonspection. Quand on assure que l'argent sorti du REER ne sera pas comptabilisé à des fins fiscales. «Les gens mordent à l'hameçon. Ils se disent que c'est bien parfait», dit-elle.

À voir en vidéo