En bref - L'outil du terroriste

Le procès de Saïd Namouh a démontré hier les multiples usages qu'un présumé terroriste peut faire d'Internet: diffuser des vidéos d'attaques à la bombe contre les troupes américaines en Irak, s'enquérir de la «recette» pour fabriquer des ceintures d'explosifs ou affirmer sa profession de foi en tant que djihadiste prêt à mourir en martyr pour l'islam.

Namouh était fort actif sur la Toile, révèle la preuve accumulée contre lui. Il a participé à 1275 reprises à des groupes de discussion sur le djihad (la guerre sainte). Dans les vidéos saisies sur ordinateur, on retrouve notamment une longue diatribe de son coconspirateur autrichien, Mohammed Mahmoud, qui exhorte les moudjahidines à engager le combat avec l'ennemi en Irak, un lance-roquettes à leurs côtés. Un autre clip montre des blindés américains qui volent en éclats à la suite d'un attentat à la bombe. Namouh diffusait même des images d'exécutions sommaires commises par des djihadistes. Le ressortissant marocain de 36 ans est inculpé de quatre accusations liées au terrorisme. On lui reproche essentiellement d'avoir disséminé la propagande d'al-Qaïda sur la Toile et d'avoir voulu commettre un attentat à la voiture piégée avec Mahmoud, en plus de planifier un voyage en Égypte avec ce dernier à quelques jours de son arrestation.