Francis Proulx plaidera l'aliénation mentale

Québec — L'avocat de l'homme accusé du meurtre prémédité de l'attachée politique du ministre Claude Béchard entend présenter une défense de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux, lors du procès devant débuter le 17 mars.

Selon Me Jean Desjardins, l'état de Francis Proulx au moment du crime était attribuable à la consommation d'un puissant antidépresseur.

Ces révélations apparaissent dans une requête pour mise en liberté provisoire qui sera présentée aujourd'hui, en Cour supérieure, dans l'affaire du meurtre de Nancy Michaud à Rivière-Ouelle, dans le Bas-Saint-Laurent.

L'avocat voudrait que l'accusé de 29 ans soit emmené à l'hôpital Sainte-Thérèse, un établissement spécialisé en santé mentale de Shawinigan. Une expertise psychiatrique y serait pratiquée, après quoi Francis Proulx serait ramené en prison.

L'hôpital en question comporte une section spéciale sécuritaire, où le jeune homme pourrait être gardé. La psychiatre, la

Dre Marie-Frédérique Allard, estime qu'il lui faudra deux mois pour diminuer progressivement la consommation de l'antidépresseur par Francis Proulx et pour produire son expertise.

Selon une expertise menéepar le psychiatre Louis Morrissette à la demande de la défense, Francis Proulx n'aurait pas pu commettre un tel crime s'il n'avait pas consommé un puissant antidépresseur appelé Effexor. Encore aujourd'hui, l'homme de Rivière-Ouelle en consomme, et à la même dose qu'au moment de la mort de Nancy Michaud.

À voir en vidéo