Silence dans l'autobus!

Gatineau — Parler trop fort dans un téléphone cellulaire vaudra bientôt une réprimande, voire une amende, à l'usager d'un autobus de la Société de transport de l'Outaouais (STO).

Dans un règlement à être adopté sous peu, la STO réagit à la présence de plus en plus envahissante — et souvent dérangeante — des téléphones cellulaires dans ses autobus.

La prochaine mouture de son règlement sur les «normes de sécurité et de comportement des personnes» dans les autobus contient une nouvelle clause. La menace de sanctions forcera les usagers trop bruyants à baisser le ton au cellulaire.

«C'est une question de gros bon sens. Les usagers pourront continuer d'utiliser leur cellulaire, mais de façon discrète, comme ce devrait être le cas n'importe où ailleurs, dans un restaurant ou une salle d'attente», a dit la porte-parole de la Société de transport de l'Outaouais, Céline Gauthier.

Le nouveau règlement de la STO est en fait la mise à jour d'un vieux règlement datant de 1996.

Il stipule qu'il sera désormais interdit de «crier, de parler à voix très haute de façon à déranger les autres usagers dans l'autobus, notamment lors de l'utilisation d'appareils cellulaires».

Le règlement prévoit tout un ensemble de sanctions à l'égard des contrevenants. Les pénalités seront appliquées graduellement, selon la gravité du geste. «C'est une question qui relèvera du bon jugement du chauffeur», a précisé Céline Gauthier.

Ainsi, une conversation trop bruyante vaudra d'abord un avertissement à son auteur. Le chauffeur pourrait ensuite lui demander de quitter l'autobus, voire lui confisquer son titre de transport.

Les récidivistes s'exposeront à des amendes pouvant aller jusqu'à 500 $ dans le cas d'une première infraction, puis de 1000 $ par la suite.

Le règlement a reçu l'aval du conseil d'administration de la STO mercredi.

À voir en vidéo