Père incestueux reconnu coupable - À 93 ans, Philippe Hamelin ne purgera pas sa peine en prison

Philippe Hamelin, 93 ans, a été condamné hier à une peine de deux ans moins un jour à purger dans la collectivité, pour avoir agressé sexuellement ses deux filles, dès l’âge de cinq ans.
Photo: Jacques Nadeau Philippe Hamelin, 93 ans, a été condamné hier à une peine de deux ans moins un jour à purger dans la collectivité, pour avoir agressé sexuellement ses deux filles, dès l’âge de cinq ans.

Un père incestueux atteint d'une maladie dégénérative pourra finir ses vieux jours dans un centre de soins de longue durée, où il passe déjà l'essentiel de ses journées à égrener son chapelet et à écouter la radio sans aucun espoir de survie à moyen terme.

Philippe Hamelin, 93 ans, a été condamné hier par le juge André Perreault à une peine de deux ans moins un jour à purger dans la collectivité, pour avoir agressé sexuellement ses deux filles, dès l'âge de cinq ans, de 1956 à 1963.

La décision se veut un hommage à la résilience des filles de Hamelin, Marcèle et Michèle, qui ont attendu 42 ans avant de dénoncer leur père. Non seulement celui-ci leur a-t-il volé leur enfance, il a aussi brisé leur vie d'adulte, elles qui ont dû longtemps lutté contre la dépression, la dépendance à l'alcool et les idées suicidaires. «Aucune peine que j'imposerais n'est de nature à vous rendre ce qu'on vous a volé, a dit le juge Perreault. Votre attitude, les nobles motifs de votre dénonciation ont aidé, j'en suis sûr, d'autres victimes aux prises avec les mêmes questionnements. En ayant dénoncé [votre père], vous avez aidé concrètement des victimes. Je comprends aussi que vous poursuivez un long processus de guérison parsemé de moments sombres. Je souhaite que tout le reste de votre vie soit meilleur, que vous guérissiez, et, après vous avoir entendues, je pense que cela est possible.»

N'eussent été l'âge d'Hamelin et son piètre état de santé, le juge l'aurait envoyé au pénitencier pour au moins sept ans. Le vieillard a toujours nié les agressions contre ses propres filles; il a même poussé l'odieux jusqu'à leur demander pardon... de les avoir mises au monde. «Jamais, pendant toutes ces années, même après la dénonciation, n'a-t-il démontré un soupçon de compassion et d'empathie à l'endroit de ses filles», a déploré le juge Perreault.

Mais voilà que l'homme est aujourd'hui aveugle, sourd, incontinent, atteint d'une maladie dégénérative semblable à l'alzheimer et confiné à un fauteuil roulant. Depuis qu'il a été reconnu coupable d'inceste et de voies de fait sur ses filles, en octobre dernier, son état de santé s'est détérioré encore plus. Il prend des antidépresseurs et vit dans l'isolement. Les résidents du centre où il est hébergé ne lui adressent même plus la parole.

Les risques de récidive sont maintenant nuls. Hamelin ne pose aucune menace pour la sécurité du public. «Il en est à une étape de sa vie où son corps l'isole de façon plus hermétique que le pire des cachots», estime le juge. «Je n'arrive pas à identifier une fonction salutaire à une peine qui serait de nature à contribuer à lui faire perdre plus rapidement toute dignité [...] dans les derniers moments de sa vie», a-t-il ajouté.

Marcèle Hamelin, présente à la Cour du Québec pour le prononcé de la sentence, a souligné qu'elle avait grandement apprécié la compassion du juge. Elle s'est dite tout de même satisfaite de la sentence. Que son père soit en prison ou non ne change rien au processus de guérison qu'elle a amorcé, a-t-elle dit.

Dans les cas d'agressions sexuelles contre des enfants, les peines les plus sévères dépassent rarement 13 ans. La Couronne, qui réclamait sept à neuf ans de pénitencier, n'a formulé aucun commentaire à la suite de la décision.

***

Avec La Presse canadienne

À voir en vidéo