Délibérations au procès de Paul Fontaine - La crédibilité de Gagné au coeur du verdict

La crédibilité à accorder au témoignage de Stéphane Gagné sera au coeur des délibérations du jury dans le procès pour meurtre et tentative de meurtre de Paul Fontaine.

C'est du moins ce qui ressort des directives formulées hier par le juge Marc David. Principal témoin à charge de la Couronne, Stéphane Gagné a vécu du crime toute sa vie avant de retourner sa veste contre l'organisation des Hells Angels en décembre 1997, après son arrestation pour le meurtre de deux gardiens de prison. Il a menti «systématiquement» dans le passé, et il a avoué qu'il n'accordait aucune importance au serment de dire la vérité, a expliqué le juge David. C'est un homme qui est «prêt à tout» pour arriver à ses fins, a-t-il ajouté.

Qui plus est, Gagné a obtenu des avantages considérables en échange de son témoignage contre son présumé complice, Paul Fontaine. Entre autres, le témoin repenti pourra faire une demande de libération conditionnelle après 15 ans (et non 25 ans) en dépit du fait qu'il a tué de sang-froid deux gardiens de prison (Diane Lavigne, en juin 1997, et Pierre Rondeau, en septembre de la même année).

Le juge David a relevé 58 contradictions, omissions ou invraisemblances dans le témoignage de Gagné. En revanche, il a trouvé 26 éléments qui corroborent sa version des faits. Selon Gagné, Paul Fontaine a participé avec lui à l'attaque d'un fourgon cellulaire qui a coûté la vie à Pierre Rondeau et qui a blessé sérieusement Robert Corriveau, le 8 septembre 1997. Le meurtre a été ordonné par le chef des Hells Angels Nomads de l'époque, Maurice Boucher. Celui-ci croyait s'assurer ainsi de la fidélité absolue de ses hommes de main, car il pensait à tort que les autorités n'oseraient jamais recruter comme délateurs les auteurs de crimes aussi crapuleux. Gagné et Fontaine espéraient pour leur part gravir plus rapidement les échelons au sein des Hells Angels avec ce meurtre.

Après l'arrestation de Gagné, Fontaine a pris la fuite. Il vivait à Québec, sous une fausse identité, lors de son arrestation après une cavale de près de sept ans, en 2004. Selon la Couronne, la conduite post-délictuelle de Fontaine pourrait amener le jury à conclure à sa culpabilité.

Le jury a été séquestré hier en fin de journée, et il amorcera aujourd'hui ses délibérations, dans le plus grand secret, en vue d'en arriver à un verdict unanime. Le jury n'est pas tenu de croire en la totalité de la version de Gagné pour trouver l'accusé coupable.

À voir en vidéo