Messages textes: le CRTC invité à agir pour le bien des consommateurs

L'Union des consommateurs a présenté une requête devant le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), hier, lui demandant d'intervenir pour encadrer les textos à «valeur ajoutée».

Ces messages textes sont reçus par messagerie cellulaire, lorsque les consommateurs s'abonnent à des services permettant de recevoir un horoscope, de participer à un concours ou de jouer à un jeu.

Au coût de 2 $ ou 3 $ par message, ces derniers continuent par la suite d'être envoyés aux abonnés, parfois tous les jours, faisant augmenter rapidement leur facture. Et le consentement à ce type de services ne serait pas toujours éclairé, selon le responsable des communications de l'Union, Charles Tanguay.

L'Union des consommateurs dénonce, par sa requête, que les fournisseurs de téléphonie cellulaire agissent comme les percepteurs de ces compagnies en exigeant le paiement de la facture à leurs clients et en les menaçant de couper leur ligne s'ils ne paient pas. Les compagnies cellulaires n'ont pas le pouvoir de désabonner elles-mêmes leurs clients.

«La compagnie cellulaire ne peut rien faire pour vous, et c'est ce que les gens se font répondre, c'est que vous êtes responsables et que vous devez payer. Alors, non seulement vous devez payer, mais si vous ne payez pas on vous coupe le service», a reproché M. Tanguay.

«C'est là qu'il y a un problème, c'est que la compagnie de cellulaires devient en quelque sorte l'agence de recouvrement d'une tierce compagnie», a-t-il soutenu.

L'association demande donc au CRTC d'instaurer le même régime que celui qui s'applique aux numéros 1 900, pour lesquels la compagnie cellulaire se doit de retirer les frais facturés si le client en fait la demande.

À voir en vidéo