La Belgique pleure les victimes du bain de sang

Termonde, Belgique — «On ne comprend pas comment on a pu s'attaquer à des bébés», dit le maire de Termonde. Deux jours après le bain de sang commis dans une crèche, la Belgique reste abasourdie, et des milliers de gens se sont recueillis hier en mémoire des victimes.

Entre 7000 et 8000 personnes, selon la police, ont participé à une marche organisée par des mouvements de jeunesse dans le quartier où deux bébés et une puéricultrice ont été tués vendredi lors d'une attaque inexpliquée au couteau, qui a révulsé le royaume.

Les familles des victimes étaient absentes, trop affligées encore pour se joindre à la foule, selon un organisateur.

Le cortège, conduit par une petite fille d'une dizaine d'années portant une couronne de branches mortes et de fleurs blanches, suivie d'un groupe de 150 jeunes scouts de la région en uniforme, est resté silencieux, ne portant aucune banderole et ne scandant aucun slogan.

Tous se recueillent au fur et à mesure devant le bâtiment de la crèche, où ont été déposés depuis vendredi des centaines de fleurs, bougies, peluches et poèmes ou messages de condoléances. «On est brisé», dit en larmes Louis, venu du Brabant flamand (centre).

«Nous sommes ici, car nous ne comprenons pas ce qui s'est passé dans notre ville, parce que nous avons de la tristesse et surtout parce qu'il y a des gens autour de nous qui ont encore beaucoup plus de peine. Nous voulons être à leurs côtés», a dit le maire, Piet Buyse, dans une brève allocution.

«On ne comprend pas comment on a pu s'attaquer aux êtres les plus vulnérables, les bébés», a ajouté le bourgmestre de cette ville de quelque 40 000 habitants située à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Bruxelles.

Sans raison apparente

L'auteur présumé de la tuerie de vendredi, un jeune homme de 20 ans arrêté peu après les faits, a tué sans raison apparente deux bébés de 6 et 9 mois, ainsi qu'une puéricultrice qui tentait de s'interposer. Il a également blessé, parfois très grièvement, dix autres enfants et deux adultes.

Incarcéré et mis en examen pour triple assassinat et tentatives d'assassinat, il n'a donné à ce jour aucune explication à son geste. Il refuse de s'alimenter et a été placé sous perfusion en prison, ont indiqué hier soir des sources proches de l'enquête. Il a été sorti de cellule et acheminé dans les locaux médicaux de la prison de Bruges.

Le visage grimé durant l'attaque, selon des témoins, il s'agit peut-être d'un déséquilibré qui voulait imiter le «Joker», personnage maléfique des films de Batman, ont conjecturé les médias belges. L'hypothèse n'a toutefois pas été confirmée par la justice.

Plusieurs médias belges l'ont identifié comme étant Kim De Gelder et ont publié la photo d'un jeune homme mince, aux longs cheveux sombres, ancien magasinier dans une grande surface.

Avant la marche du souvenir, un office s'est tenu dans l'église du quartier en mémoire des petits Korneel et Leon, les deux bébés victimes du tueur, et de Marita Blindeman, la puéricultrice de 55 ans tuée en tentant de protéger les enfants.

À voir en vidéo