29 meurtres en 2008 - Montréal est une des villes nord-américaines les plus sûres

Avec 29 meurtres depuis le début de l'année qui s'achève, Montréal est sur le point d'établir un record du plus faible nombre d'homicides enregistrés par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) depuis sa création, en 1972.

Le commandant Clément Rose, de l'escouade des crimes majeurs du SPVM, conclut que Montréal est maintenant l'une des grandes villes nord-américaines les plus sûres. Avec des populations de taille semblable, les villes de Phoenix, en Arizona, et de Philadelphie, ont rapporté jusqu'ici cette année plus de 200 et près de 400 meurtres, respectivement.

Parmi les cinq plus grandes villes du Canada, Montréal affiche le plus faible taux d'homicides.

Le commandant Rose reconnaît que le vieillissement de la population montréalaise contribue au déclin du nombre d'homicides. Il note que les gens plus âgés font un moindre usage d'armes à feu.

À cela, le criminologue Maurice Cusson, de l'Université de Montréal, ajoute que, dans les villes de l'Ouest canadien regroupant plus de jeunes, la criminalité augmente alors qu'à Montréal, les gens, qui forment un groupe plus stable, en sont venus à mieux se tolérer avec le temps.

Pour sa part, Margaret Shaw, du Centre international pour la prévention de la criminalité de Montréal, note que le Québec récolte les bienfaits de sa décision collective d'insister davantage sur les alternatives à la prison plutôt que de recourir à la coercition.

Le commandant Rose signale aussi que le taux d'homicide a décliné sensiblement à Montréal depuis l'opération Printemps 2001 de la police, qui a permis l'emprisonnement de plusieurs motards criminalisés.

Il ajoute aussi que le SPVM comprend mieux, désormais, le phénomène sociocriminel des gangs de rue, ce qui lui a permis de mieux les infiltrer et de jouir d'informations supplémentaires pour les neutraliser.

À voir en vidéo